ferme

Le combat des maraîchers

Contrairement aux producteurs de viandes et de produits laitiers, les cultivateurs de fruits et légumes biologiques ne dépendent pas d’intrants coûteux pour faire rouler leurs petites fermes. Le plus grand enjeu financier reste la main-d’œuvre, qui est plus rare et chère. Certains agriculteurs ont trouvé des solutions innovantes pour aider leur communauté et amener des bras au champ.

Charles Fontaine

IJL – Réseau.Presse – Le Droit

» Voir l'article

On n’arrive pas à couvrir nos coûts

Certaines fermes, comme la ferme laitière A & L Desnoyers, n’ont aucun droit de regard sur le prix de leurs produits, déterminé par des mécanismes officiels qui gèrent leur secteur agricole. Elles n’ont donc pas beaucoup de marge de manoeuvre pour s’ajuster face à l’inflation. Des plus petites entreprises, comme la Ferme Albert Forgues, dont l’offre est plus variée, tentent de leur côté d’ajuster leurs prix pour rester rentables tout en étant accessibles à la clientèle. Cela dit, même si les coûts de tous les intrants ont bondi et que la main-d’œuvre est plus chère que jamais, certaines solutions existent pour faire face à l’actuelle situation inflationniste.

Charles Fontaine

IJL – Réseau.Presse – Le Droit

» Voir l'article
IJL - Ouest

L’automatisation des fermes : pour encourager le secteur agricole

Katrina Jean-Laflamme et son partenaire, Daniel Badiou ont décidé de monter leur entreprise en 2016 : Ukkö Robotics, située à Notre-Dame-de-Lourdes. Basée sur le principe d’améliorer la qualité de vie des agriculteurs, l’entreprise espère aussi encourager un regain pour le secteur agricole.
_________________
Ophélie Doireau
IJL – Réseau.Presse – La Liberté

» Voir l'article
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article