Éducation

IJL - Ouest

Impliquer les parents dans l’enseignement

Réjean Nicolas est enseignant depuis 14 ans. Il enseigne à l’École Taché en maternelle depuis six ans. Il a reçu le prix du Premier ministre Justin Trudeau pour l’excellence dans l’enseignement en 2021. Reconnaissance d’un travail qui tient aux petits détails.

____________________

Ophélie Doireau
IJL – Réseau.Presse – La Liberté

» Voir l'article
IJL - Ouest

Des capsules vidéos en français pour s’éduquer sur la santé

Avec la désinformation existant sur Internet, Dre Michelle Dion, médecin de famille, a voulu partager ses connaissances dans le domaine de la santé en créant Éduc-Franco-Santé. Assistée par des étudiants et des diplômés du Campus Saint-Jean, elle réalise des vidéos éducatives en français sur divers sujets concernant la santé.

_____________________________

Gabrielle Beaupré

IJL-RÉSEAU.PRESSE-LE FRANCO

» Voir l'article
IJL - Ouest

Plaisir d’apprendre, joie de se revoir!

L’événement annuel de la Fédération des aînés franco-albertains (FAFA) est de retour totalement en personne. Du lundi 9 mai au vendredi 13 mai 2022, les 50 ans et plus vont pouvoir, enfin, retourner sur les bancs de l’université. Une première très attendue depuis la pandémie. _____________________________

Chloé Liberge

IJL-RÉSEAU.PRESSE-LE FRANCO

» Voir l'article
IJL - Ouest

Les jeunes francophones quittent eux aussi l’Alberta

Réputée pour la beauté de ses paysages, l’Alberta ne fait plus autant rêver les jeunes qu’auparavant. Des centres urbains appauvris culturellement, une politique jugée trop conservatrice, un manque d’occasions professionnelles et postsecondaires, les raisons ne manquent pas pour aller voir ailleurs ce qui se passe.

_____________________________

Chloé Liberge

IJL-RÉSEAU.PRESSE-LE FRANCO

» Voir l'article
IJL - Ouest

Un évènement voulu dans la reconnaissance

La semaine d’appréciation des éducatrices et éducateurs en jeune enfance s’est déroulée du 25 avril au 1 mai. Bien décidée à mettre en valeur leur travail, la Fédération des parents de la francophonie manitobaine (FPFM) a organisé une soirée le 30 avril pour les célébrer.

_________________________

Ophélie Doireau
IJL – Réseau.Presse – La Liberté

» Voir l'article
IJL - Ouest

Le slam comme vecteur de francophonie

Le 24 mars dernier, le premier festival Slam m’amuse a été présenté par le Campus Saint-Jean. Dirigés par le professeur et metteur en slam Bernard Salva, les étudiants du cours de Créativité et jeu dramatique (ADRAM-FRANC 249) ont donné leur propre performance puissante et poétique. Accompagnés par le rythme des percussions, les vers ont inspiré et uni la communauté francophone.
_______________________________
Isaac Lamoureux
IJL – RESEAU.PRESSE -LE FRANCO

» Voir l'article
IJL - Ouest

Les Franco-Albertains parlent «un anglais déguisé en français»

Qui n’a pas déjà entendu une phrase du même genre concernant le français des Albertains? Perception ou réalité linguistique? Pour sa thèse en sociolinguistique, David Rosychuk, étudiant au Campus Saint-Jean, a comparé le français parlé dans le contexte minoritaire albertain au français parlé au Québec, là où la majorité emploie cette langue au quotidien. Les résultats obtenus sont étonnants. 

_____________________________

Geneviève Bousquet

IJL-RÉSEAU.PRESSE-LE FRANCO

» Voir l'article

Les conseils scolaires francophones indignés

Les associations des conseils scolaires francophones déplorent qu’une étude de la Commission ontarienne des droits de la personne (CODP) n’inclue pas de données sur les francophones. Elles espèrent que les recommandations issues de cette étude ne vont pas influencer l’éducation en langue française alors que les conseils scolaires francophones n’ont pas été pris en considération lors de l’enquête.
_______________________
Venant Nshimyumurwa
IJL – Réseau.Presse – Le Voyageur

» Voir l'article
IJL - Ouest

Des anglophones propulsés dans leur carrière grâce au français

Certains parents anglophones se rendent compte des possibilités et des avantages qu’apporte le fait de mettre leurs enfants en immersion française. Heba Atwi Reslan et Sarah Fedoration, deux anglophones, ont suivi l’intégralité de leur scolarité en immersion française. Alors que leur parcours universitaire s’est effectué avec 20 ans d’écart, la dynamique de l’immersion française a changé, mais les avantages à connaître la langue restent évidents.

_____________________________

Isaac Lamoureux

IJL-RÉSEAU.PRESSE-LE FRANCO

» Voir l'article
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article