Yellowknife : un surplus de 8 millions $

Yellowknife : un surplus de 8 millions $

Comme l’an dernier, la municipalité de Yellowknife choisit d’engranger ses surplus dans un fonds de réserve, pour faire face aux potentiels coups durs que pourrait lui réserver la pandémie.

Thomas Ethier
IJL – Réseau.Presse – L’Aquilon

Malgré un confinement général et des restrictions sans précédent, l’année 2020 aura généré un surplus de près de 8 millions $ pour la municipalité de Yellowknife, par rapport à ses prévisions budgétaires.

Adoptés par le conseil municipal le 26 avril, les derniers états financiers révèlent une valeur nette s’élevant désormais à 316 125 millions $, ce qui situerait la capitale en « bonne posture financière » face aux mois et aux années à venir.

 

Un surplus malgré la pandémie

Contrairement aux appréhensions, la COVID-19 aura eu pour effet de diminuer les dépenses et d’augmenter les revenus de la municipalité, par rapport aux prévisions budgétaires émises en décembre 2019, comme l’a souligné la directrice des services corporatifs de la municipalité, Sharolyn Woodward

Les règles sanitaires auront contribué à des dépenses environ 6,5 % moins élevées que prévu, notamment par une diminution des dépenses liées aux salaires, aux bénéfices et aux contrats.

Les montants alloués par les gouvernements territorial et fédéral, dédiés à atténuer les impacts financiers des règles sanitaires, auront pour leur part contribué à une augmentation de près de 1 % des revenus de la municipalité. « Sans cet argent, l’impact sur l’augmentation des impôts des contribuables aurait été considérable », a rappelé la mairesse Rebecca Alty.

 

Un fonds pour les imprévus

Poursuivant une mesure adoptée en 2020, en début de pandémie, les conseillers municipaux ont choisi de conserver un montant spécial dans le fonds général, voué à assurer les services aux citoyens. Ce montant, qui s’élève cette année à 13,5 millions $, représente 31 % des dépenses budgétées de la municipalité. C’est deux fois plus que ce que préconise la politique budgétaire municipale.

Selon cette politique, le montant du fond général ne doit pas dépasser 15 % des dépenses prévues dans le budget. Comme l’an dernier, « le montant inclus dans le fonds général est plus élevé que ce que prescrit par notre politique budgétaire, et la Covid-19 génère encore beaucoup d’incertitude, a résumé Mme Woodward. Notre recommandation demeure aussi la même que l’an dernier : laisser cet argent là où il est. » La recommandation a été adoptée par le conseil.

Ce surplus au fond général devait normalement être transféré vers le fond d’immobilisation de la municipalité — sorte de compte épargne servant à financer d’importants projets d’infrastructures. « Nous ne sommes pas conformes à notre politique budgétaire, mais d’ici à ce que nous produisions nos prochains états financiers, les restrictions liées à COVID-19 seront levées, espérons-le, a souligné la mairesse de Yellowknife, Rebecca Alty. Nous aurons alors une meilleure idée des impacts de la COVID-19 sur nos états financiers. »

D’ici cette levée des restrictions, la municipalité reste donc prête à réagir rapidement à de possibles coups durs, mais aussi à des couts plus élevés que prévus pour des projets qui devront aller de l’avant. « On sait que les matériaux, comme le bois, coutent aujourd’hui beaucoup plus cher. On ne sait donc pas encore exactement comment ces projets vont se dérouler. On ne sait pas non plus si nous devrons retourner en confinement ou à quel point nous serons plus libres. Il est encore trop tôt », explique la mairesse.

En plus des impacts de la pandémie, qui restent encore à définir, plusieurs chantiers de grande envergure doivent être mis en branle à Yellowknife au cours des prochaines années. Un montant de 30 millions $ devra, entre autres, être octroyé prochainement pour l’installation de nouvelles conduites sous-marines pour la prise d’eau potable de la municipalité. « Si les 13 millions $ gardés dans le fond général ne sont pas entièrement dépensés l’an prochain, une partie pourra servir à financer ces grands projets », indique Mme Alty.

Le projet de futur centre aquatique de la municipalité, estimé à environ 53 millions $, pourrait également être mis en chantier dans les prochaines années. Ce projet, qui doit encore passer l’étape d’un référendum auprès des résidents, sera en grande partie financé par le gouvernement fédéral.

  • Nombre de fichiers 2
  • Date de création 17 mai, 2021
  • Dernière mise à jour 17 mai, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article