Une Saint-Jean pas comme les autres en compagnie de Mary Barry

Une Saint-Jean pas comme les autres en compagnie de Mary Barry

C'est une Saint-Jean bien particulière qu'ont vécue tous les francophones et francophiles du Canada, le 24 juin dernier. Si la pandémie a bouleversé les traditions habituelles pour célébrer cette fête, il n'a pas été question de mettre la musique francophone au placard! Rencontre avec l'artiste terre-neuvienne Mary Barry qui a participé aux célébrations musicales de «Tout pour la musique» en juin dernier, organisées par la Fondation canadienne pour le dialogue des cultures.

______________________________

 Coline Tisserand

Initiative de journalisme local – APF – Atlantique

«Bonjour, je m'appelle Mary Barry. Je suis auteur-compositeur et interprète et on est à Saint-Jean, Terre-Neuve. Comme le vous savez peut-être, Terre-Neuve, c'est une île. On est entouré de l'océan Atlantique et on est très influencé par la mer ici.»

Après cette introduction, la chanteuse interprète quatre chansons tirées de son album entièrement en français, Chansons irisées, soit La fille de la mer, La gare, Pourquoi c'est comme ça et La lune autour. Sourire aux lèvres, voix douce et posée, c'est accompagné du guitariste Charlie Barfoot que Mary Barry chante et se raconte pour fêter cette Saint-Jean bien particulière.

Mary Barry a fait partie de la vingtaine d'artistes canadiens choisis par la Fondation canadienne pour le dialogue des cultures pour participer aux célébrations virtuelles de la Saint-Jean cette année. Le directeur de la Fondation, Guy Matte, explique qu'il a fallu revoir l'organisation des festivités habituellement organisées autour de deux spectacles en direct et avec public. «On a fait deux choses. Un événement live le 24 juin retransmis sur la chaîne TFO, mais sans foule, dit-il. On a aussi choisi de faire une émission de télévision avec des artistes de la communauté francophone et à l'extérieur du Québec.»

Une Saint-Jean par quatre degrés

Douze émissions musicales de 30 minutes, disponibles en ligne depuis juin dernier, permettent de voyager dans le monde musical francophone de toutes les provinces et territoires, tout en restant sur son canapé. «Ce nouveau concept nous a permis de mettre en exergue davantage d'artistes et nous en sommes très contents,» commente Guy Matte. C'est Mary qui représente Terre-Neuve-et-Labrador. Elle partage sa demi-heure avec Étienne Fletcher, de la Saskatchewan.

Cette fois, ce n'est pas sur une scène habituelle que l'on retrouve la chanteuse. La COVID-19 a changé la donne. L'anglophone amoureuse du français s'est produite à l'extérieur, devant sa maison, à deux mètres de distance de son guitariste. Et les cheveux au vent. «Il faisait froid le jour du tournage! On n'avait pas le droit de tourner à l'intérieur, il faisait vraiment beau,  mais seulement 4 degrés», raconte Mary Barry. «Sur la vidéo, on peut voir qu'il n’y avait encore aucune feuille sur les arbres, alors que quatre jours après le tournage, il faisait 25 degrés et les feuilles étaient apparues.»

Rencontre entre le français et la musique

Le froid n'a pourtant pas empêché la chanteuse d'exprimer son rapport à la francophonie. «On a une communauté francophone qui est vraiment extraordinaire ici, affirme-t-elle. La culture se marie vraiment bien avec la culture terre-neuvienne. Pour moi, le français et la francophonie ont vraiment beaucoup de place dans ma vie de femme, d'artiste et de Terre-Neuvienne.»

Native de Saint-Jean et fille d'un chanteur irlandais, Mary Barry s'est passionnée pour le français très jeune. «Quand j'étais à l'école - c'était encore une époque sans immersion française - les professeurs de français ne parlaient pas français. Ils l'écrivaient juste au tableau. J'avalais tout ce que je voyais en français, même les textes bilingues sur les boîtes de céréales du petit déjeuner.»

Voyages au Québec, études à Ottawa et rencontres au hasard* vont amener la jeune Mary Barry à conjuguer son amour pour le français avec son attirance pour la musique. «Lors de mes études à Ottawa, il y avait un chansonnier québécois qui jouait du matin au soir sur un piano droit au café Waste Land, précise-t-elle. J'y passais beaucoup de temps et c'est vraiment à ce moment-là que le français et la musique se sont rencontrés.»

Se révéler différemment

Après une tournée comme marionnettiste bilingue dans les Maritimes et une formation musicale en jazz à Vancouver, l'artiste pose ses valises à Québec. Elle pensait y rester trois jours, elle y séjournera dix ans : «Je suis tombée en amour avec la culture québécoise. J'ai commencé à composer, écrire et chanter mes chansons en français. Je me sentais adoptée. Il y a beaucoup de similarités entre les Terre-Neuviens et les Québécois, notamment au niveau de la musique traditionnelle.»

Chanter en français lui permet de se révéler d'une façon différente et de manière plus poétique. Elle utilise également l'allemand dans certaines de ces chansons. De retour sur son île natale depuis quelques années, Mary Barry reste branchée avec le monde francophone. À travers l'Association communautaire francophone de Saint-Jean (ACFSJ), Franco-jeunes TNL ou encore le Réseau culturel de Terre-Neuve-et-Labrador (FFTNL), elle a pu mener des projets dans les écoles francophones de Saint-Jean ou encore participer à l'espace Franco du NL Folk Festival en 2018 et 2019.

Si la pandémie est une période compliquée pour les artistes, la Terre-Neuvienne a obtenu une bourse qu'il lui permet de commencer la préproduction de son sixième album. «Dans ce nouvel enregistrement, il va y avoir un invité spécial : le quatuor à cordes de la province (The Atlantic String Quartet, qui fait partie du Newfoundland Symphony Orchestra), annonce-t-elle. L'année dernière, nous avions partagé la scène ensemble lors d'un concert. J'avais chanté Ne me quitte pas, de Jacques Brel, accompagné d'un arrangement pour cordes. Ça m'a tellement touchée, je me suis dit qu'un jour je voudrais faire un album avec des cordes pour m'accompagner.»

Et ce jour est  finalement arrivé. Si tout va bien, la chanteuse espère pouvoir lancer l'album avant Noël.

-30-

*On peut découvrir l'histoire et le parcours musical détaillés de Mary Barry dans le Gaboteur Magazine de l'été 2019.

 

Photos :

4 photos de Mary Barry, au choix (Courtoisie)

 

 

  • Nombre de fichiers 5
  • Date de création 11 septembre, 2020
  • Dernière mise à jour 11 septembre, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article