Un pas de plus pour les Ami.es du carré civique de Saint-Boniface

Les Ami.es du carré civique de Saint-Boniface (ACCSB) viennent de franchir une nouvelle étape dans leur établissement. L’organisme vient d’obtenir son numéro de charité lui permettant de devenir un organisme de bienfaisance.

________________________

Ophélie Doireau

IJL – Réseau.Presse – La Liberté

Depuis plusieurs mois, les Ami.es du carré civique de Saint-Boniface (ACCSB) attendaient ce numéro pour pouvoir continuer leur travail. Robert Loiselle en est le président et accueille avec plaisir la nouvelle. « On l’a obtenu au mois de mars. C’est drôle parce que on l’a obtenu en même temps qu’on a appris de Francofonds qu’on avait aussi atteint notre seuil de 20 000 $. Ça veut dire que maintenant notre fonds est établi comme fonds communautaire avec Francofonds.

« Jusqu’à présent l’argent qu’on avait récolté était mis en tutelle jusqu’à ce qu’on atteigne ce seuil de 20 000 $. »

C’est donc un enchaînement de bonnes nouvelles comme le souligne le président des ACCSB.

« Étant un organisme de bienfaisance, on peut recevoir des dons, on peut donner des reçus d’impôts. On est aussi capable d’aller faire demande pour des fonds auprès des trois paliers de gouvernement, souvent tu as des fonds spécifiques qui sont seulement accessibles à des organismes de bienfaisance.

« Alors que ce soit des fonds du patrimoine, des fonds d’infrastructures pour des projets de construction ou des projets de rénovation ou des projets pour des édifices de patrimoine. On a, maintenant, cette reconnaissance-là. »

Et pour l’organisme, cette reconnaissance était nécessaire dans la démarche de leur projet, qui est de protéger, revendiquer et développer le patrimoine.

« Les fonds vont nous aider à long terme parce que il faut quand même comprendre que les négociations se poursuivent en ce moment pour l’achat de l’ancien hôtel de ville et l’ancienne caserne de pompiers. Suivant comment elles avancent, nous on doit être
prêt.

« C’est ce qu’on répète depuis le départ : être prêt pour être capable de prendre en main notre avenir. »

Si l’ancien hôtel de ville de Saint-Boniface et l’ancienne caserne de pompiers sont en négociation pour leur vente, le bâtiment, où se situe actuellement les bureaux du Festival du Voyageur, appartient toujours à la ville. L’ancien poste de police, lui, est aux mains du Dr Marc Fréchette depuis 2012, et des rénovations viennent de commencer depuis quelques semaines.

« On sait que la clinique du Dr Fréchette avance, en partie, parce que les Ami.es du carré civique de Saint-Boniface ont poussé la question. On veut que les choses avancent au sein du carré civique. Nous, on est comme les gardiens de ce qu’il se passe dans l’ensemble du carré civique »

Faire connaître l’histoire

À la fin février, le bâtiment des bureaux du Festival du Voyageur et l’ancien poste de police ont reçu des désignations historiques par la Ville de Winnipeg sur une motion du conseiller Matthieu Allard et poussé par les ACCSB. Robert Loiselle y voit un signe que l’organisme commence à être pris au sérieux.

« Maintenant, je pense que les conseils municipaux de la Ville de Winnipeg savent que les Ami.es du carré civique de Saint-Boniface existent, que la communauté s’est mobilisée et ils savent que l’on est appuyé par des fonds. On peut dire la même chose pour Manitoba Possible. »

Parce qu’avant tout pour être pris au sérieux, le financement est nécessaire comme le souligne Robert Loiselle.

« Pour protéger le patrimoine francophone du Manitoba et notre histoire, il faut de
l’argent.

« Devenir un organisme de bienfaisance, c’est un outil financier, c’est aussi simple que ça. Si jamais les Ami.es du carré civique se trouvent dans une situation où ils deviennent, disons, propriétaires ou responsables d’un édifice ou ils veulent appuyer un projet au sein du carré civique, on a maintenant un outil financier pour le faire grâce à Francofonds, grâce au fait qu’on peut faire des demandes de subventions. »

Les ACCSB pensent déjà à la prochaine étape dans leur projet.

« Maintenant que cette partie est réglée, on va développer un site web pour être capable de transmettre notre mission : partager notre patrimoine avec la communauté manitobaine.

« Parce que tout le monde devrait être capable de savoir c’est quoi la carré civique, c’est quoi l’histoire de Saint-Boniface, c’est quoi l’histoire des Franco-Manitobains, des Métis, c’est quoi l’historique derrière la désignation historique des différents édifices, et toutes sortes d’autres choses. »

 

-30-

Photos : 

photo : Marta Guerrero. De gauche à droite : David Dandeneau, Bintou Sacko, Robert Loiselle et Chantal Vielfaure.

  • Nombre de fichiers 2
  • Date de création 13 mai, 2022
  • Dernière mise à jour 13 mai, 2022
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article