Un «café Richelieu Joyeux» pour Orléans

Le Club Richelieu Laporte bouillonne de projets innovateurs. Aujourd’hui, c’est Orléans qu’ils ont pour point de mire, avec la mise sur pied du café Richelieu Joyeux. Le projet parle d’inclusivité, d’opportunités, mais surtout, aura pour but de faire rayonner la francophonie de chez nous.

_______________________

Rebecca Kwan

IJL – Réseau.Presse – L’Orléanais

 

«Notre projet le plus important [au Club Richelieu Laporte], c’est l’ouverture du premier café Richelieu Joyeux au Canada, qui sera à Orléans», partagent avec fierté Stéphane Bégué, président du Club, et Catherine Bélanger, administratrice. À l’image de «cafés Joyeux» déjà sur place en France notamment, le café Richelieu Joyeux, appuyé par la société philanthropique Richelieu International, aura pour but d’accueillir à titre d’employés des personnes en situation de handicap mental et cognitif, principalement atteintes de trisomie 21 ou de troubles du spectre autistique (TSA).

D’ailleurs, comme l’explique le pamphlet promotionnel du projet, en ouvrant le café Richelieu Joyeux, le Club Richelieu Laporte souhaite «fournir un emploi stable et une expérience professionnelle» aux personnes vivant des situations de handicap.

Tout cela dans le but «d’améliorer la qualité de vie des jeunes francophones à besoins spécifiques, de favoriser leur transition entre l’école et le monde du travail et d’encourager l’insertion communautaire grâce à une socialisation douce par le travail», peut-on lire dans les lignes directrices du projet.

«En parallèle, nous menons les autres missions du mouvement Richelieu, qui sont le soutien à la jeunesse francophone et la francophonie en général», expliquent M. Bégué et Mme Bélanger.

Dignité et stabilité

Bien que l’emplacement précis du café Richelieu Joyeux ne soit pas encore connu du public, sa mission, elle, est bien établie. «La première conséquence de nos actions, surtout avec le café Richelieu Joyeux, sera de permettre à la jeunesse francophone souffrant de troubles cognitifs de trouver un travail digne et stable», présentent les deux organisateurs. «Ensuite, le café Richelieu Joyeux participera à la promotion de la culture francophone à travers des ateliers, des rencontres et conférences», poursuivent-ils.

Justement, en plus d’assumer des rôles de production et de vente, les employés du café bénéficieront de formations en travaux culinaires et en pâtisserie. Ils pourront également prendre part à des ateliers et à des rencontres avec divers intervenants, dans le but de «célébrer la diversité sous toutes ses formes».

Pour que la francophonie rayonne

D’autant plus, le café comprendra un mur de célébrités francophones et un coin lecture-bibliothèque, afin de «permettre à la francophonie de rayonner de manière créative, inclusive et respectueuse de l’environnement», affiche le pamphlet promotionnel de l'initiative.

«C’est fondamental de faire rayonner la francophonie à travers un projet, plus qu'à travers des activités, car c’est bien plus durable», expliquent les deux cerveaux derrière le projet.

«Pour Catherine et moi, le mouvement Richelieu, c’est une plateforme incontournable pour la défense de la jeunesse francophone et la francophonie en général», confie M. Bégué.

«L’impact sera important, car cela va montrer à quel point Orléans [...] est impliquée dans la défense et le développement de la francophonie», ajoutent le président et l’administratrice.

Le café Richelieu Joyeux devrait voir le jour dans les prochains mois, si tout va comme prévu. M. Bégué et Mme Bélanger se disent optimistes quant aux retombées positives du projet et comptent pouvoir épauler bonne quantité de vies d’Orléans et de partout à Ottawa qui n’attendent qu’un coup de pouce pour s’épanouir dans le marché du travail.

-30-

BP :

1) Catherine Bélanger, administratrice du Club Richelieu Laporte. (Crédit : Courtoisie)

2) Stéphane Bégué, président du Club Richelieu Laporte. (Crédit : Courtoisie)

  • Nombre de fichiers 3
  • Date de création 13 septembre, 2021
  • Dernière mise à jour 13 septembre, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article