Trois entrepreneurs albertains, trois réalités

Trois entrepreneurs albertains, trois réalités

Le niveau de confiance des petites et moyennes entreprises (PME) en Alberta se stabilise au mois d’avril après une chute vertigineuse, selon le communiqué de presse de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante du 8 avril 2020. La parole est donnée à trois entrepreneurs, membres du Conseil de développement économique de l’Alberta, pour nous éclairer.

Arnaud Barbet — Initiative de journalisme local — APF Ouest

Sylvie-Anne Roy propose des produits capillaires Monat, à base de plantes, sans produits toxiques. Réjouie, elle annonce une augmentation de son chiffre d’affaires au mois de mars. Elle y voit une logique circonstancielle : « les gens ont perdu leur emploi ou ils sont confinés, cela génère de l’anxiété, des doutes. Prendre soin de soi devient essentiel », assure-t-elle. La pandémie a énergisé son réseau et créé une grande cohésion d’équipe, explique-t-elle : « de l’est à l’ouest du pays, on se retrouve tous sur petit écran, c’est devenu trippant ».

Elle ajoute que c’est aussi une opportunité extraordinaire pour ses clientes qui peuvent devenir à leur tour des conseillères : « La vente directe devient essentielle et valorisante ». Elle conclut en riant par une petite entrave à la langue française : « All you need is a laptop and a wifi ! (tout ce que ça prend est un ordinateur portable et une connexion Wifi) », tout en avouant qu’elle espère évidemment se reconnecter rapidement en « chair et en os ».

Lorsque les macarons font pâle figure

Après une baisse de son chiffre d’affaires de 80 % dès la mi-mars, David Rousseau, propriétaire de la boutique Ollia Macarons & Tea, doit se réorganiser. Il met à pied avec grand regret six de ses employés. Membre d’un groupe de travail pour sauver les petites entreprises, il croit à la solidarité et l’union de tous pour survivre. « La situation est sérieuse, il faut tirer la sonnette d’alarme. Nous devons passer le message à nos gouvernements et lutter notamment pour nos loyers », insiste-t-il en dénonçant la précarité de certains de ses voisins.

Globalement satisfait des aides offertes par le gouvernement fédéral, il est déjà dans une dynamique de réembauche d’une partie de son personnel. « On est chanceux, on ne fermera pas nos portes. Notre offre est aujourd’hui en ligne, les cartes-cadeaux sont disponibles, nos ateliers culinaires ont déjà 2 mois de réservation », un défi qu’il est prêt à relever ! David Rousseau termine en remerciant ses clients et souligne l’importance des commerces de proximité, essentiels à la communauté.

Du réel au virtuel, un modèle d’affaire à revoir

Frédérick Audet ne se laisse pas aller à la mélancolie, et pourtant… Sa petite entreprise en conception de programme de développement professionnel, Learn Square Inc, a perdu 90 % de son activité. « En quelques jours, tous mes contrats se sont volatilisés. En tant que facilitateur, j’œuvre en personne dans un contexte corporatif où tout a été mis à l’arrêt », explique-t-il avec un peu d’appréhension pour l’avenir.

Peu avant la crise, proactif, il voulait réinventer son modèle d’affaires. La COVID-19 est devenue une source de motivation. « Vu les difficultés du marché en Alberta, il était logique que je pense différemment. Aujourd’hui, je n’ai plus le choix », assure-t-il. Il espère se diriger vers des programmes et des formations en ligne, sans se précipiter. Il veut une qualité irréprochable. Il ajoute, avec une pointe d’humour, « j’ai le temps d’y penser, mais peu d’argent à y consacrer ».

Septique vis-à-vis de l’aide gouvernementale, « surement plus adapté à des PME à maturité », il ne désire plus s’endetter. Il assure, d’un ton optimiste et conquérant, croire en sa bonne étoile et se dit « prêt à mettre beaucoup d’énergie dans cette nouvelle aventure », conscient qu’il va « avoir du pain sur la planche ».

- 30 -

 

Photo 1 - Sylvie-Anne Roy.jpeg:

Sylvie-Anne Roy profite de cette période pour proposer de nouveaux produits en ligne.

Crédit : courtoisie Sylvie-Anne Roy

Photo 2 - Mélanie Larocque.jpg

Mélanie Larocque, chef pâtissière chez Ollia Macarons & Tea, dresse les coques de macarons à la lavande.

Crédit : courtoisie Ollia Macarons & Tea

Photo 3 - Fred Audet

Frédérick Audet a installé trois écrans afin de préparer son prochain atelier en visioconférence avec 25 participants.

Crédit : courtoisie Learn Square Inc

  • Nombre de fichiers 4
  • Date de création 20 avril, 2020
  • Dernière mise à jour 28 avril, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article