Travaux au cimetière d’Apex : pour un retour à la quiétude

D’importants travaux ont récemment eu lieu au cimetière d’Apex afin de remédier à la présence persistante de sols inondés sur le site, une situation causée par les changements climatiques.
________
Karine Lavoie
IJL – Réseau.Presse – Le Nunavoix

Depuis son ouverture en 2014, les gens venant se recueillir auprès d’un proche au cimetière d’Apex devaient constamment composer avec les conséquences reliées à des problèmes de drainage sur le terrain.

Pour les visiteurs, cela se traduisait par la présence d’un sol inondé, rendant ainsi les déplacements sur le site difficiles et dangereux. Afin de remédier à la situation, la Ville d’Iqaluit a tout récemment procédé à des travaux qui ont permis d’élever le niveau du sol du cimetière et de mettre en place un système de drainage, forçant ainsi l’eau à s’écouler dans les fossés. Bien que la situation soit à présent rétablie, elle met en lumière les enjeux reliés aux changements climatiques et à la fonte du pergélisol dans le Nord.

Un problème qui perdurait

Depuis quelques années déjà, des résidents exprimaient certaines craintes quant à la possibilité de devoir enterrer leurs proches dans des tombes boueuses et remplies d’eau. Ils s’inquiétaient également des risques potentiels pour leur sécurité lors des déplacements sur le terrain.

Afin de s’attarder sur ces problèmes, un comité consultatif a été créé en janvier 2020 et a tenu sa première rencontre en mai de la même année. Amy Elgersma, directrice municipale y avait alors déclaré qu’un grand nombre des problèmes rencontrés étaient le résultat de la dégradation du pergélisol.

Malgré cela, la Ville d’Iqaluit n’estime pas qu’il soit approprié de remettre en question l’emplacement du cimetière. À l’époque, la Ville avait privilégié le site actuel à un emplacement près de Road to Nowhere en appuyant sa décision sur le fait que ce dernier site présentait un sol rocheux, limitant ainsi considérablement la capacité de terrains de sépulture du site : « Les emplacements appropriés pour un cimetière sont limités. La Ville a sélectionné le meilleur site qui était disponible à l’époque. C’est un très bel endroit avec vue sur Tarr Inlet. La municipalité avait étudié d’autres options qui ne convenaient pas », explique Geoffrey Byrne, agent de développement économique à la Ville d’Iqaluit.

D’importants travaux réalisés

Réalisés au coût approximatif de 570 000$, les travaux réalisés sur le site du cimetière sont majeurs : « Le cimetière est surélevé avec un matériau granulaire d’environ 3 pieds au centre et se rétrécit sur les côtés, ce qui permet d’améliorer le drainage du site. De nouveaux fossés ont été ajoutés de chaque côté et les fossés existants ont été reprofilés », déclare Geoffrey Byrne.

Les travaux réalisés par la compagnie Tower Arctic Ltd. ont débuté le 4 août pour se terminer au début du mois de septembre :  « Des améliorations ont également été apportées à la route et au sentier à l’intérieur du site du cimetière. Les tombes ont été cartographiées à l’aide de la technologie GPS. Toutes les composantes architecturales ont été retirées et surélevées pour correspondre aux nouvelles élévations », ajoute-t-il.

Bien que la Ville d’Iqaluit eût informé la population de la fermeture du site au public pendant la durée des travaux, il était prévu que le chantier soit mis en arrêt en cas d’enterrement durant cette période. Les travaux étant à présent terminés, il est de nouveau possible d’accéder au cimetière d’Apex en toute sécurité : « Le cimetière est aujourd’hui un lieu paisible où reposent les êtres chers et un bel endroit de visite et de réflexion », estime Geoffrey Byrne.

S’attarder aux changements climatiques

Des causes environnementales sont au cœur des problèmes vécus au cimetière d’Apex :  « Le changement climatique a affecté le site actuel du cimetière. La fonte du pergélisol a causé l’affaissement du terrain et des conditions inégales sur le site. Cela a entraîné des inondations du site et de l’eau sur le terrain. Des traces de fonte du pergélisol sont également visibles sur les routes adjacentes au cimetière », affirme Geoffrey Byrne.

Bien que le Centre des changements climatiques du Nunavut (C3N) et ses différents partenaires ne soient actuellement pas spécifiquement impliqués dans le dossier du cimetière d’Apex, cet organisme poursuit sa mission de sensibiliser la population nunavoise au sujet des enjeux entourant les changements climatiques tout en coordonnant des initiatives locales avec les communautés et pour l’ensemble du gouvernement du Nunavut.

Casey Lessard, gestionnaire des communications, de l’éducation et de la sensibilisation au ministère de l’Environnement du gouvernement du Nunavut, explique que le C3N s’intéresse aux répercussions du dégel du pergélisol sur le territoire de diverses façons. Ainsi, l’organisation coordonne actuellement un projet communautaire d’adaptation aux changements climatiques sur le pergélisol dans le parc territorial Kugluk en plus de mener une évaluation des risques liés aux changements climatiques à l’échelle du Nunavut afin de régler les problèmes liés, entre autres, au pergélisol.

-30-

Photos
Crédit : Ivo Vigouroux

  • Nombre de fichiers 4
  • Date de création 17 septembre, 2021
  • Dernière mise à jour 8 septembre, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article