Toujours l’impasse au conseil municipal malgré la présence du ministère

L’ordre du jour continue de s’allonger et les dossiers restent en suspens

Eric Thompson

IJL – Réseau.presse

Tribune

Ceux qui ont regardé la réunion du conseil municipal le 24 mai, en espérant voir les membres s’attaquer enfin à l’ordre du jour de plus en plus long, sont restés sur leur faim. Même en la présence de Brian Searle, représentant du ministère des Affaires municipales, le conseil n’a pas pu faire de progrès sur ses dossiers, dont plusieurs en suspens depuis des mois.

Le plus récent conflit reste la mise en demeure envoyée par l’avocat de la mairesse Joanne Savage et des conseillers Yvon Duhaime, Denis Sénécal et Lise Sénécal, adressée à la ville et aux conseillers Chris Fisher, Rolly Larabie, Léo Malette et Dan Roveda. Les quatre premiers ont voté à deux reprises contre l’ouverture d’une session à huis clos pour permettre aux quatre derniers de consulter l’avocat de la ville concernant cette mise en demeure. Si l’affaire est remise au vote et défaite une troisième fois, elle ne pourra revenir à la table du conseil avant un an. Ainsi, les quatre visés par la mise en demeure soutiennent que les plaignants devraient déclarer un conflit d’intérêt et s’abstenir de voter sur l’ouverture de la session à huis clos.

Dès l’ouverture de la réunion, les membres sont appelés à déclarer tout conflit d’intérêt. C’est alors que le conseiller Fisher a voulu inciter une déclaration du bloc opposant. «Je ne comprends toujours pas comment vous osez ne pas déclarer un intérêt pécuniaire, ou du moins un conflit d’intérêt, et vous abstenir de l’article 4,1 (vote sur la session à huis clos),» de lancer M. Fisher. «Vous avez consulté un avocat maintenant, alors vous êtes représentés personnellement, et essentiellement vous nous laissez sans représentation [légale] pour la corporation. Si vous ne vous abstenez pas, nous ne pouvons pas continuer. Vous tenez les contribuables en otage. Alors, allons-nous pouvoir tenir une réunion ou allons-nous continuer cette charade?»

Lors de la réunion précédente, les mêmes arguments étaient avancés par le conseiller Dan Roveda mais la mairesse Savage les avait écartés, provoquant une dispute qui a mené à la clôture de la réunion après seulement sept minutes.

Cette fois, Mme Savage a répété le même argument : il appartient à chaque membre d’auto-déclarer un conflit d’intérêt; personne d’autre ne peut le faire à sa place. Le conseiller Fisher a tenté d’évoquer la conclusion du Commissaire à l’Intégrité sur cette affaire, mais il a été coupé. Le Commissaire Patrice Cormier a écrit avant la réunion du 5 mai qu’il «existe au moins une perception de conflit d’intérêt ici, mais cela pourrait être résolu par l’adoption d’une proposition permettant d’accéder à un avis légal préliminaire pour les quatre conseillers et, ultimement, pour le conseil et la municipalité.» On n’a pas tenu compte de cette opinion.

Puisque personne n’a déclaré de conflit, laissant présumer que les quatre ayant envoyé la mise en demeure allaient voter à savoir si les quatre autres pouvaient rencontrer à huis clos l’avocat de la ville, les conseillers Fisher, Larabie, Malette et Roveda ont quitté la réunion.

En l’absence de ces quatre, il n’y avait plus quorum pour poursuivre les délibérations et l’ordre du jour, maintenant de 7 pages, a été reporté encore une fois.

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 26 mai, 2022
  • Dernière mise à jour 26 mai, 2022
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article