Stormont-Dundas-Sud-Glengarry: la porte est grande ouverte

La course est loin d’être gagnée dans Stormont-Dundas-Sud-Glengarry, alors que le député actuel, Jim McDonell, ne se représente pas. Dans la courte histoire de la circonscription, la population s’est alliée aux libéraux de 1999 à 2011, avant d’élire un député progressiste-conservateur dans les 12 dernières années.

_______________________

Charles Fontaine

IJL – Réseau.Presse – Le Droit

Kirsten Gardner veut amener son expérience en tant que mairesse suppléante au niveau provincial sous la bannière libérale. Le natif de Cornwall et propriétaire du Dairy Queen de la ville depuis 12 ans, Nolan Quinn, souhaite prendre avantage de sa connaissance de la région pour ajouter un siège au bilan progressiste-conservateur. Voici ce qu’ils prévoient sur certains enjeux qui touchent la région. Les deux entrevues ont été menées en anglais, selon la demande des candidats.

Le Droit (LD): Quelles sont vos priorités pour votre circonscription?

Kirsten Garden (KG): Je suis une militante passionnée de l’éducation, des soins de santé et de la santé mentale. Je veux améliorer les systèmes de santé et d’éducation, alors j’ai décidé de me lancer dans la course. Je vois le rôle au gouvernement provincial comme une occasion d’aider les gens.

Nolan Quinn: Tout d’abord, il faut s’attaquer aux infrastructures. Il y a eu une vague de population qui s’est déplacée des grandes villes vers les milieux ruraux de l’est de l’Ontario. Nos infrastructures doivent répondre à cette demande en matière d’égouts, de routes et de pont. L’internet haute vitesse est très important aussi.

LD: Comment prenez-vous le fait qu’un nouveau député sera élu dans votre circonscription?

KG: Je ne tiens rien pour acquis. Ça peut être un peu plus facile quand le député présent n’est pas dans la course. Nous sommes loin de Toronto et nous sommes parfois oubliés. Nous avons besoin de quelqu’un qui va militer pour notre circonscription. Nous avons besoin d’une relation étroite entre le niveau municipal et provincial, ce qui n’a pas été le cas depuis longtemps.

NQ: Je ne tiens rien pour acquis. Il y a plus de dix ans, la circonscription était sous les libéraux. Je me mets plus de pression pour m’assurer que nous gardons cette région en bleu. Sous le gouvernement fédéral, nous sommes conservateurs. Comme avec mon restaurant, je travaille sept jours par semaine pour m’assurer que la circonscription reste conservatrice.

LD: L’agriculture est un secteur économique très fort dans l’Est ontarien et ces travailleurs manquent souvent de main-d’œuvre. Que comptez-vous faire pour aider les cultivateurs?

KG: Le manque de main-d’œuvre est partout et la faille commence dans le système d’éducation. Nous voulons amener plus de travailleurs étrangers pour aider les agriculteurs. J’ai entendu de la part des agriculteurs de la région que leurs enfants ne veulent pas les suivre dans ce domaine. Nous devons nous pencher sur la manière dont nous allons ramener plus de gens dans l’industrie de l’agriculture.

NQ: Les programmes de travailleurs étrangers temporaires sont des solutions à court terme qui ont disparu le temps de la pandémie. Nous devons amener plus de gens qui travaillent dans les métiers et en agriculture. Quand j’ai terminé l’école secondaire, la question était de poursuivre au collège ou à l’université. Nous devons attirer la jeune génération vers les métiers. Pour ce faire, nous devons attirer plus de gens dans ces municipalités, car notre population est vieillissante.

LD: Que prévoyez-vous faire pour aider les petites entreprises qui ont souffert pendant la pandémie et qui sont très présentes dans votre région?

KG: Le Parti libéral de l’Ontario a déclaré qu’il interdirait aux employeurs d’exiger une note du médecin et qu’il rembourserait jusqu’à 200 $ par jour aux entreprises pour les travailleurs en congé de maladie. Je parle à des restaurateurs qui doivent fermer s’ils manquent d’employés.

NQ: On doit augmenter le salaire minimum. Dans mon entreprise, nous engageons beaucoup de personnes qui en sont à leur premier emploi et nous les formons, c’est ce que ça prend pour aider les entreprises.

LD: Votre circonscription compte une population significative de francophones, mais vous avez de la difficulté à mener une conversation en français. Est-ce que la francophonie est importante pour vous?

KG: Si je suis élue, mon équipe au bureau de la circonscription sera parfaitement bilingue. Je sais que ça a été un problème. Je vais m’engager à améliorer mon français pour être plus à l’aise.

NQ: Si je suis élu, je m’engage à travailler à être plus fluide pour faire la conversation en français. Je vais suivre des cours durant l’été, c’est une de mes priorités.

Les réponses des candidats ont été abrégées dans le cadre de l’article.

Un fief conservateur

La campagne électorale provinciale de l’Ontario a débuté officiellement le 4 mai dernier. Les candidats et les candidates ont un mois pour attirer le plus d’électorats avant le scrutin du 2 juin. Voici un aperçu de la course dans la circonscription de Stormont-Dundas-Sud-Glengarry.

L’électorat de cette circonscription a élu un candidat progressiste-conservateur dans les trois dernières élections. Jim McDonell est le député provincial de cette région rurale depuis 2011. Étant donné que l’homme politique a annoncé qu’il prendrait sa retraite à la fin de son mandat, la course est grande ouverte. Avant son règne, la population avait élu un député libéral depuis la création de la circonscription en 1999.

Même si la circonscription est plus anglophone que sa voisine Glengarry-Prescott-Russell, la francophonie est un enjeu important puisque la ville principale, Cornwall, est composée à 22,3% de francophones (Statistiques Canada, recensement 2016). La région qui se tient à la frontière américaine est le lieu de travail de nombreux agriculteurs. La population est plus vieillissante que la moyenne canadienne. Le groupe d’âge de 65 ans et plus s’élève à 24%, comparé à la moyenne du pays de 19% (Statistiques Canada, recensement 2021).

La mairesse suppléante dans Glengarry Sud depuis 2018, Kirsten Gardner, se présente comme candidate du Parti libéral de l’Ontario. Originaire de la région, elle est aussi membre du conseil des Comtés unis de Stormont Dundas et Glengarry. Avant la pandémie, elle tenait une petite entreprise de consultation en personne pour offrir aux employeurs une formation d’aide en santé mentale.

Du côté du Parti progressiste-conservateur, c’est le propriétaire du Dairy Queen de Cornwall, Nolan Quinn, qui tentera de garder la circonscription sous la bannière des bleus. Le diplômé en gestion d’entreprise à St-Lawrence College à Cornwall a aussi été président de Centraide de Stormont, Dundas & Glengarry.

Le Parti vert sera représenté par l’artiste visuelle et photographe autonome Jacqueline Milner. Elle est également conductrice d’autobus scolaire à temps partiel depuis plus de vingt ans. Mme Milner a agi comme bénévole dans plusieurs organismes à Cornwall.

L’enseignante et membre de la Fédération des enseignantes et des enseignants élémentaires de l’Ontario, Wendy Stephen, est la candidate pour le Nouveau parti démocratique.

Le représentant du jeune parti New Blue est le québécois d’origine Claude Tardif.

Le résident de Cornwall a mené une carrière comme pilote d’avion militaire.

Le Franco-Ontarien Rémi Tremblay mène sa campagne chez le Parti Ontario. Il a fait carrière comme cadre dans l’industrie automobile avant d’occuper un emploi dans l’industrie agricole.

-30-

Photos

La libérale Kirsten Gardner et le progressiste-conservateur Nolan Quinn s’affrontent dans la circonscription de Stormont-Dundas-Sud-Glengarry. (Courtoisie)

En chiffres. (Le Droit)

  • Nombre de fichiers 3
  • Date de création 25 mai, 2022
  • Dernière mise à jour 25 mai, 2022
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article