Réouverture des écoles: Ford se donne encore quelques jours

Réouverture des écoles: Ford se donne encore quelques jours

ÉMILIE PELLETIER

Initiative de journalisme local — Le Droit

L’Ontario au grand complet attend une décision du premier ministre Doug Ford sur la possible réouverture des écoles avant la fin de l’année scolaire. Vendredi, il a lancé qu’il n'hésitera pas à attendre encore «quelques jours» avant de se prononcer, insistant sur le fait que le consensus des experts concernés est essentiel. 

Les groupes d’experts en santé publique et en enseignement ayant reçu une lettre de Doug Ford cette semaine demandant leur avis sur le possible retour en classe avaient jusqu’à vendredi, 17h pour envoyer leur réponse. 

En conférence de presse vendredi, le premier ministre a fait savoir qu’il n’a toujours pas statué sur la fin de l’année scolaire, se disant inquiet du variant B.1.617, soit le variant préoccupant émanant de l’Inde. 

«Je n'ai jamais eu peur»

Celui-ci a répété qu’il n'hésiterait pas à attendre quelques jours avant de prendre une décision finale sur la possible réouverture des écoles de l’Ontario, en attendant le consensus des experts concernés. 

«Je n'ai jamais eu peur de prendre des décisions difficiles», a-t-il assuré durant son point de presse, critiqué sur sa lenteur dans ce dossier. 

La possibilité d’ouvrir les écoles des régions moins touchées par la pandémie est étudiée au sein du caucus du premier ministre.

Angoisse

Depuis plusieurs semaines, les parents, les élèves et les enseignants attendent que le gouvernement se penche sur la question.

La question est devenue un sujet polarisant en province: plusieurs, incluant le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, le Dr David Williams, jugent que les élèves devraient pouvoir retourner à l’école pour terminer leur année scolaire, et d’autres croient que ça ne vaut pas la peine de rouvrir les classes pour le peu de semaines qu’il reste à l’année scolaire. 

Des experts qui conseillent Doug Ford sur la COVID-19 craignent que le retour en classes puisse poser un risque de transmission du virus, pouvant aller jusqu’à une augmentation de 11% des cas quotidiens de COVID-19.  

Mais même si les Ontariens sont divisés sur le sujet, plusieurs déplorent les effets d’une telle attente sur la santé mentale des élèves. 

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 28 mai, 2021
  • Dernière mise à jour 28 mai, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article