Ne vous attardez pas sur le passé, conseille le rapport sur l’intégrité

Ne vous attardez pas sur le passé, conseille le rapport sur l'intégrité

Gregg Chamberlain

IJL – Réseau.Presse – Le Carillon

________________________

Une enquête de la commission d'intégrité sur les frictions entre le maire et les membres du conseil municipal du canton d'Alfred-Plantagenet a finalement recommandé que chacun ne s'attarde pas sur le passé et s'efforce de mieux travailler ensemble à l'avenir.  

 

«Il est plus approprié de souligner les progrès récemment réalisés par tous les membres du conseil, sans exception, a déclaré John Saywell, dans leur volonté de voir le conseil travailler harmonieusement dans l'intérêt de tous leurs électeurs.»

M. Saywell, qui est commissaire à l'intégrité du canton d'Alfred-Plantagenet, a été chargé, en février 2021, d'enquêter sur des plaintes concernant des violations présumées, par le maire Stéphane Sarrazin, au code de conduite municipal des membres du conseil. M. Saywell a commencé son enquête en mars et a présenté au conseil son rapport final et ses recommandations en juillet.

Deux questions étaient au centre de l'enquête. La première était de savoir si M. Sarrazin avait ou non manqué à sa responsabilité de chef du conseil afin d’assurer un débat constructif, respectueux et légitime sur les questions examinées par le conseil, selon le code de conduite.

L'autre question était de savoir si M. Sarrazin avait outrepassé son rôle et ses pouvoirs et s'était ingéré dans les opérations de l'administration municipale, comme le définissent la Loi sur les municipalités et le Code de conduite.

L'enquête

M. Saywell a examiné les enregistrements vidéo des sessions passées du conseil et a observé dans son rapport que l'harmonie initiale à la table du conseil s'est considérablement détériorée depuis la dernière élection. Il a également noté que les témoignages du personnel municipal et des conseillers ont confirmé qu'en effet, certaines personnes étaient sur le dos des autres pendant les débats, et encore plus pendant les séances à huis clos. Un conseiller avait commenté, à la fin des réunions, qu'il espérait sincèrement que l'harmonie puisse bientôt régner à la table du conseil.

M. Saywell a noté que le canton d'Alfred-Plantagenet a sa part de réseaux sociaux très soudés, comme beaucoup de petites municipalités. «Les élus qui sont arrivés au conseil à la suite des dernières élections ont apporté avec eux un passé d'expériences parfois malheureuses», a-t-il observé.

Le commissaire a noté dans son rapport qu'il était de notoriété publique que les conseillers (René) Beaulne et (Suzanne) Lafrance avaient perdu leur estime pour le maire Sarrazin et que ce dernier était incapable de maintenir le décorum pendant les débats du conseil. «Les personnalités et les émotions, a commenté M. Saywell, prenaient trop souvent le contrôle dans les débats sur des questions comme le financement des bibliothèques ou une politique environnementale municipale.»

«Le code exige davantage d'un maire, a déclaré M. Saywell. Il ou elle doit s'élever au-dessus de la situation et maintenir le décorum et la fonctionnalité des débats (du conseil).»

Le commissaire a noté que le fait de prendre position dans un débat rend le maire vulnérable aux attaques de ses adversaires. «Mais, a également souligné M. Saywell, dans une petite municipalité, le maire est souvent la personne qui porte le ballon sur de nombreux dossiers et a du mal à éviter de prendre position. C'est un piège dangereux dans lequel le maire Sarrazin est certainement tombé.»

Au bureau

Traitant de la deuxième question de son enquête, M. Saywell a noté que la combinaison de la pandémie et d'un manque général de ressources présente la tentation pour un maire de retrousser ses manches et d'assumer des fonctions administratives qui ne font pas partie de ses fonctions, décrites à la fois par la Loi sur les municipalités et le Code de conduite.

«Lorsque le maire Sarrazin a déclaré qu'il était ainsi informé de l'état des dossiers parce qu'il passait beaucoup de temps à l'hôtel de ville, c'était très exact, a déclaré M. Saywell. Cependant, le fait d'exercer des fonctions administratives sans le consentement du conseil municipal constitue une violation du code de conduite.»

Il a également noté que les témoignages indiquent que le maire n'a pas toujours respecté les limites imposées aux pouvoirs des élus. «Mais, a ajouté M. Saywell, cela s'est souvent produit avec l'acceptation de l'ancien directeur général du canton». Il a observé que certains membres du conseil voulaient également contribuer à la micro-gestion des affaires au bureau municipal et étaient jaloux de l'implication accrue de M. Sarrazin dans ce domaine au début de son mandat.

«Cela n'a fait qu'exacerber les conflits personnels (au sein du conseil)», a déclaré M. Saywell.

Conclusion du rapport

«Nous concluons que le maire a effectivement pris l'habitude de s'impliquer directement dans l'administration des dossiers de la ville pendant les deux premières années de son mandat, a déclaré M. Saywell. Il s'est placé dans une position qui a compromis sa capacité à maintenir une communication civile à la table du conseil.»

Au cours de son enquête, M. Saywell a relevé deux facteurs essentiels aux problèmes examinés. Le premier est que certains membres du conseil avaient en général peu d'expérience en tant qu'élus et que l'ancien directeur général, pendant la période de deux ans couverte dans le cadre de l'enquête, n'avait aucune expérience antérieure dans l'administration municipale.

Selon M. Saywell, le début de l'année 2021 a été marqué par un changement dans le fonctionnement du canton et dans les relations entre les membres du conseil. Tout d'abord, l'embauche d'un nouveau directeur général, qui semble avoir gagné la confiance de tous les membres du conseil pour diriger entièrement l'administration municipale, permet ainsi aux membres du conseil de se concentrer sur leur propre rôle de définition et de planification des priorités municipales.

En février, également, tous les membres du conseil ont participé à un exercice de formation sur leurs rôles et leurs relations en tant que membres du conseil. M. Saywell a fait remarquer que cet exercice a aidé les membres du conseil à mieux comprendre leurs responsabilités et le besoin de collaboration.

M. Saywell a précisé qu'au cours des derniers mois, le conseil a revu son code de procédure pour le fonctionnement du conseil. Le nouveau code de procédure adopté en juin est une source d'espoir pour un avenir plus harmonieux.

Ces trois facteurs, a observé M. Saywell, ont entraîné un changement positif pour le conseil et, de l'avis de tous, s'il y avait un problème, le problème a été résolu.

Depuis le mois de mai, a noté M. Saywell, tout conflit au sein du conseil reflète le type normal de rivalité dans la politique municipale. Il a recommandé aux membres du conseil de reconnaître les efforts que tous ont déployés pour régler leurs problèmes et de décider de mettre les conflits historiques derrière eux, sans blâme et sans rancune.

Lors de sa séance du 13 juillet, le conseil a approuvé à l'unanimité le rapport Saywell et ses recommandations.

  • Nombre de fichiers 2
  • Date de création 11 août, 2021
  • Dernière mise à jour 6 octobre, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article