Ma première fois : pourquoi j’irai voter?

Qu’est-ce qui va pousser les jeunes Prince-Édouardiens et Prince-Édouardiennes à voter pour la première fois à l’occasion des élections fédérales, organisées le 20 septembre prochain?Deux primo-votants francophones partagent ce qu’ils attendent et ce qu’ils espèrent de leur premier grand rendez-vous politique.

_______________________

Marine Ernoult

IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

 

 

 

Tout le monde se souvient-il de son premier vote? Le geste finit par se répéter au fil des années, avec plus ou moins d’enthousiasme. Parfois jusqu’à s’user. Mais la toute première fois, le vote est-il anodin ? Cette année, des dizaines de milliers de jeunes suivent pour la première fois une campagne électorale.

Pour la première fois, ils se penchent sur le fonctionnement des institutions. Pour la première fois, ils doivent apporter leur confiance à un candidat ou une candidate. Pour la première fois, ils seront fiers ou déçus quand les résultats apparaîtront dans les médias. En attendant, ils observent, se renseignent, confrontent les points de vue.

Jérémie Buote prend les choses très au sérieux. «C’est un privilège et une obligation civique de voter, de participer au processus démocratique, c’est une manière de choisir son futur. Pour moi, le vote c’est un processus long qui se fait en amont du moment où on donne son bulletin. Je suis la politique hors des périodes électorales pour avoir une pleine conscience des choses, car pendant les campagnes les leaders font toujours beaucoup de promesses», explique d’une traite le Prince-Édouardien de 19 ans, étudiant à l’Université de Moncton.

Le changement climatique, première des priorités

Les jeunes sont loin d’être indifférents à la politique, et ne semblent pas prendre cette élection avec désinvolture. La réaction de Brennen Gallant, 18 ans, qui se déplacera aux urnes «pour le bien commun des Canadiens et améliorer les choses au pays», le confirme. L’étudiant à l’Université de l’Î.-P.-É., qui s’informe sur les médias sociaux, compte aussi lire toutes les plateformes électoralespour se faire sa propre opinion.

Mais quelles sont les attentes prioritaires de ces primo-votants? Lutter contre le changement climatique est la première des priorités aux yeux de Jérémie Buote. «On parle beaucoup d’écologie, mais il est rare de voir des actions concrètes. Trop souvent des décisions sont prises à l’encontre de la préservation de l’environnement», regrette celui qui a fait partie du Parlement jeunesse de l’Acadie.

Il se dit déçu «des belles paroles du parti libéral en faveur d’un monde plus écologique» qui ne se sont jamais traduites en action. «L’approbation du pipeline Trans Mountain par le gouvernement de Trudeau a été un sacré coup dur», lâche-t-il.

Le jeune insulaire appelle de toute urgence les candidats à réduire la dépendance du pays aux hydrocarbures, à investir dans les énergies renouvelables et à démocratiser l’accès aux voitures électriques. Il défend «une écologie sociale» qui prend en compte les besoins des plus pauvres.

Crainte de l’abstention

Car, pour Jérémie Buote, l’autre enjeu majeur de ces élections, ce sont les inégalités de classe.  «Au niveau mondial aussi, c’est pour ça qu’on doit continuer à accueillir des immigrants, ça fait partie de notre identité canadienne», insiste-t-il. Un avis que partage Brennen Gallant : «Dans un monde marqué par la pandémie où les injustices sont plus fortes qu’avant, les élus doivent s’engager à réduire la pauvreté,
notamment étudiante».

Les deux Prince-Édouardiens, qui ont étudié à l’école française François-Buote, sont également attentifs aux programmes des partis quant à la défense de la francophonie en milieu minoritaire. «Le fédéral doit appuyer l’accès à l’éducation en français, c’est essentiel dans un pays bilingue», souligne Brennen Gallant.

Leur crainte commune, c’est l’abstention parmi leur classe d’âge. «Je ne vois pas cette énergie d’aller voter, il y a trop de découragement», s’inquiète Jérémie Buote qui tente de motiver ses amis à se déplacer le 20 septembre. À cet égard, les deux primo-votants sont déçus de l’absence de bureaux de vote dans les campus et craignent que ça ne démobilise encore plus les jeunes électeurs.

 

 

 

-30-

 

 

 

Photos

 

«C’est un privilège et une obligation civique de voter, de participer au processus démocratique, c’est une manière de choisir son futur», explique Jérémie Buote, étudiant à l’Université de Moncton. (Photo : Gracieuseté)

 

Brennen Gallant, étudiant à UPEI, ira voter «pour le bien commun des Canadiens et améliorer les choses au pays». (Photo : Gracieuseté)

  • Nombre de fichiers 3
  • Date de création 3 septembre, 2021
  • Dernière mise à jour 3 septembre, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article