Les ours font un retour remarqué à l’Île-du-Prince-Édouard

Les ours font un retour remarqué à l’Île-du-Prince-Édouard

Presque 100 ans après la disparition du dernier ours à l’Île-du-Prince-Édouard, voici que ce noble animal fait un retour en masse dans nos régions, sous la forme de peluches réconfortantes qui saluent les enfants au passage.  La PEI Bear Hunt (chasse à l’ours) est ouverte depuis le 22 mars.  Les prises sont très nombreuses.

________________

Jacinthe Laforest

Initiative de journalisme local - APF - Atlantique

«Ça donne quelque chose à faire.  Moi-même, j’ai été faire un tour d’auto avec les enfants juste avant que ça (PEI Bear Hunt) commence.  Rendus à Summerside et autour de Kensington, les enfants étaient tannés.  On est revenus à la maison sans arrêter et sans rien voir.  Ça sera différent à notre prochaine promenade», a dit Christine Arsenault d’Abram-Village.

Interpellée par le symbole rassurant de l’ours en peluche, elle a encouragé ses deux fils à fabriquer ,dans la belle neige fraîche, un ours en neige, qu’elle a photographié et affiché sur la page Facebook du groupe public, où toutes les personnes qui participent sont invitées à afficher leurs coordonnées avec les photos des toutous.

«C’est pas compliqué et ça encourage à sortir de la maison, ça apporte un peu de magie dans la vie du monde.  Ç’a démarré très vite.  Dans la région Évangéline, plusieurs familles participent.  Il y en a un peu partout à l’Île.  On peut facilement les trouver par le groupe Facebook.  Les gens sont de plus en plus créatifs aussi.  Ils mettent des oursons dans les arbres, dans des tracteurs, en plus de les mettre dans les fenêtres», reconnaît Christine Arsenault.

Janine Gallant d’Abram-Village a installé un gros toutou sur le balcon du deuxième étage de sa résidence et a partagé la photo.  Par Messenger, elle a confirmé : «C’est notre maison. C’est le fun!  Nous venons juste de faire le tour de la région et c’était excitant chaque fois qu’on en voyait un, même pour moi! Il y en a beaucoup», a-t-elle précisé.

Colette Richard de la région Évangéline également, a publié une photo de son fils Finn Annand, 4 ans, assis sur le siège arrière de l’auto, avec des jumelles devant les yeux pour repérer les toutous.  «On s'est promenés dans la région Évangéline hier pour à peu près une heure pour trouver des toutous que les gens mettent dans les fenêtres pour que les enfants ( ou n'importe qui ) puissent en trouver ... ça fait passer les journées...on en a trouvé environ 25 dans une partie de la région - c'est le fun!»

À Rustico, Andréa Deveau a décidé de participer à la chasse en mettant des oursons en peluche dans sa fenêtre.  À Summerside, Wendy Gallant a capté et partagé une photo de son fils Jace qui admirait un magnifique dalmatien sur une motoneige.

La page Facebook de la PEI Bear Hunt a été créée par Kim Baglole de la région de Lot 16 (Nebraska Rd).  Native de l’île de Terre-Neuve, elle a vu que la chasse à l’ours avait été ouverte là-bas et s’est dit que ça serait bien pour l’Île-du-Prince-Édouard. «Du 22 mars au 26 mars, 6000 personnes ont rejoint le groupe.  Il y a des oursons partout dans l’Île.  Les gens débordent d’imagination et ils partagent des histoires très touchantes, qui réchauffent le cœur», dit Kim Baglole.

Elle-même observe avec beaucoup de précautions les consignes de la santé publique.  «Mon mari est atteint de la sclérose en  plaques et je fais très attention.  Et j’encourage les gens à respecter les distances et les autres mesures.»

Pour elle, les oursons et autres créatures en tout genre vont rester dans les fenêtres aussi longtemps que les gens en auront besoin.

Les toutous vont vraisemblablement monter la garde dans nos communautés pendant encore plusieurs semaines.  Les oursons et autres toutous se multiplient de façon exponentielle partout dans l’Île.  Pour les voir, il suffit de se promener en voiture ou de visiter la page Facebook de la PEI Bear Hunt.

-30-

 

Photos :

BH 5 : Wendy Gallant de Summerside a partagé une photo de son fils Jace qui admire ce dalmatien sur une belle motoneige rouge.  (Photo : Wendy Gallant)

BH 2 : Chez Christine Arsenault à Abram-Village, l’ours en peluche s’est transformé en ours en neige, grâce au travail de ses deux fils, Casen en 3e année et Colby en 7e année à l’école Évangéline. (Photo : Christine Arsenault)

BH 4 : Finn Annand, 4 ans, a utilisé ses jumelles pour tout voir lors d’une promenade.  (Photo : Colette Richard)

BH 3 : Chez Janine Gallant à Abram-Village, un toutou est apparu sur le balcon du 2e étage.  (Photo : Janine Gallant)

 

 

 

  • Nombre de fichiers 7
  • Date de création 26 mars, 2020
  • Dernière mise à jour 26 mars, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article