Le vérificateur général égratigne le programme des élèves internationaux

Le vérificateur général égratigne le programme des élèves internationaux

Le rapport du vérificateur général a été déposé mardi 9 mars à l’Assemblée législative. Darren Noonan fait le point sur les finances de la province et s’attarde au programme des élèves internationaux, «qui fonctionne depuis environ 10 ans sans plan stratégique». Concernant la taxe carbone, la province a reversé 5 millions de dollars de plus aux Insulaires que ce qu’elle a collecté.

________________

Laurent Rigaux

Initiative de journalisme local – APF – Atlantique

«Le ministère de l’Éducation n’a pas de processus pour gérer efficacement le programme des élèves internationaux», pointe le vérificateur général Darren Noonan dans son rapport annuel. Ce programme contribue au rayonnement de la province, mais aussi à son économie. En 2020, 137 élèves internationaux ont fréquenté les écoles de l’île, ce qui a généré 1,49 million de dollars de revenus. Chaque élève paie plus de 10 000 dollars par année pour étudier dans la province.

Selon le document, la province peut faire mieux. Pas de plan stratégique, de convention avec les agents d’éducation, de surveillance des fournisseurs de familles d’accueil, de la documentation non complète, des frais de scolarité payés en retard, Darren Noonan pointe les manques du programme qui existe depuis 2010.

Pas de contrôles des familles d’accueil

En 2019/2020, 52 % des élèves venus à l’Île ont fait appel à des fournisseurs privés de familles d’accueil, qui ne sont pas contrôlés, les autres demeurant chez un proche ou un tuteur légal. «Le ministère devrait mettre en place un processus de sélection des fournisseurs de familles d’accueil, et surveiller régulièrement le bien-être des élèves», recommande Darren Noonan, qui suggère des visites régulières à domicile et une vérification préalable des casiers judiciaires.

En ce qui concerne les agents d’éducation privés, qui conseillent les familles et aident au placement, là aussi le rapport soulève l’absence d’accord et de vérification de la part de la province, alors qu’ils touchent l’équivalent de 15 % des frais de scolarité à titre de rémunération. Cette situation pourrait «mettre en péril la réputation du programme» prévient le rapport.

Le rapport compare l’Île à la Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick. Ces deux provinces coordonnent elles-mêmes les familles d’accueil et ont des accords avec les agents d’éducation.

Enfin, le vérificateur général rappelle que les élèves, puisqu’ils paient pour leur scolarité à l’Île, sont «des clients». La province devrait donc se renseigner sur leur satisfaction, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui : «Le programme ne récolte pas le retour d’information des élèves ni de leurs parents ou tuteurs.»

La taxe carbone ne collecte pas assez

Darren Noonan fait aussi un suivi de la loi sur le leadership climatique, concernant le montant de prélèvement recueilli en vertu de cette loi et le montant retourné aux Insulaires. Du 1er avril 2019 au 31 mars 2020, la province a collecté un peu plus de 13 millions de dollars via la taxe carbone.

Le gouvernement progressiste-conservateur s’est engagé à reverser cet argent aux consommateurs, entreprises ou municipalités sous différentes formes : réduction des taxes sur l’essence, gratuité des permis de conduire, réduction du coût d’immatriculation pour les véhicules à moteur et du prix du transport public. Au total, le rapport du vérificateur général estime que ces dépenses ont coûté 5 millions de dollars de plus que ce qu’a rapporté la taxe carbone.

Cela constitue «une perte nette pour la province», signale le vérificateur général, tout en notant que certains rabais sont entrés en vigueur avant la taxe carbone, ce qui explique en partie la différence entre ce qui a été collecté et ce qui a été reversé.

La taxe carbone s’applique sur toute sorte de carburant (avec différentes valeurs selon le type de produit) mais, depuis son lancement, elle est nulle pour le mazout, utilisé pour le chauffage, ou le propane. Pour les prochaines années, l’argent collecté doit être investi dans le transport actif.

La loi sur la tarification des comptes publics prévoit que le vérificateur général doit déposer un rapport devant l’Assemblée législative tous les ans. Outre le programme des élèves internationaux et le suivi de la loi sur le leadership climatique, le rapport de 180 pages aborde la gouvernance des sociétés de la Couronne, fait le point sur l’examen des dépenses liées à la pandémie de COVID-19 et fournit de l’information sur l’état financier de la province.

-30-

PHOTOS : (incluant titre de la photo, légende et crédit du photographe ou courtoisie)

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 12 mars, 2021
  • Dernière mise à jour 12 mars, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article