Le savoir des aînés d’Inuvik mis à contribution pour la santé mentale

Le savoir des aînés d’Inuvik mis à contribution pour la santé mentale

La Bande autochtone d’Inuvik travaille depuis quelque temps à la mise en œuvre d’un nouveau programme de santé mentale qui place les connaissances autochtones traditionnelles à l’avant-plan. Le développement du programme, qui aura nécessité un long travail de préparation, devrait officiellement débuter en octobre.
_______
Karine Lavoie
Initiative de journalisme local – APF – Territoires

Il sera dorénavant possible pour les membres de la communauté d’Inuvik d’aller échanger avec des aînés qui se serviront de leurs connaissances traditionnelles afin de leur venir en aide. Cette façon d’obtenir un soutien psychologique se révèle fort intéressante pour une population traînant toujours, à ce jour, des séquelles psychologiques des épreuves du passé.

Développé par la Bande autochtone d’Inuvik, le programme de santé mentale s’inscrit dans la mission de l’organisme qui souhaite offrir à sa population des services visant l’amélioration de leur qualité de vie.

Il a entre autres pu prendre forme grâce à plusieurs sources de financement, incluant un don de 4000 $ dans le cadre du programme Field Law Community Fund, ainsi qu’une subvention de 30 000 $ provenant du Fonds pour les choix santé du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest (GTNO).

« La mise en place initiale de l’espace du camp culturel est le résultat direct des fonds reçus », indique d’entrée de jeu Edward Wright, directeur de la Bande autochtone d’Inuvik. « Nous avons utilisé environ 15 000 $ de l’allocation de 30 000 $ du GTNO pour acheter les tentes dont nous avions besoin, et nous avons également utilisé des fonds de nos propres efforts de collecte de fonds pour compléter le développement physique de la zone du site. »

Les aînés : élément central du programme

La transmission des connaissances par les aînés est un concept connu et reconnu dans plusieurs communautés. « C’est une idée centrale des processus de guérison auxquels les Premières Nations croient fermement par opposition aux concepts occidentalisés de guérison », affirme Edward Wright.

Les sessions, qui se dérouleront de façon individuelle dans un espace de rassemblement traditionnel aménagé derrière le bureau de la Bande, seront propices à la discussion. « Comme toutes les connaissances traditionnelles, beaucoup sont transmises oralement et par le souvenir », ajoute le directeur.

Les aînés participant au programme ne seront pas indemnisés de façon monétaire, mais plutôt avec de la nourriture provenant de chasses communautaires, par exemple. « Nous utilisons cette approche compensatoire pour ne pas créer de difficultés futures chez les aînés qui ont un maigre revenu de pension fixe et qui verraient leurs pensions réduites s’ils étaient payés en espèces », explique-t-il.

Des blessures du passé encore bien présentes

Le fait de ne pas vouloir faire usage des services occidentalisés comme ceux d’un psychologue ou d’un travailleur social témoigne d’un passé lourd chez les Premières Nations. « Bon nombre de nos membres ne sont pas à l’aise dans ce domaine en raison des mauvais traitements et des souvenirs persistants des pensionnats que beaucoup d’entre nous entretenons encore », explique Edward Wright.

Les peuples autochtones se sentent davantage en confiance de discuter et de prendre des conseils avisés et des directives de leurs propres aînés. « Le transfert des connaissances des aînés est beaucoup, beaucoup plus apprécié par les membres des Premières Nations plutôt que d’avoir à parler des traumatismes passés, des dépendances de substances, des comportements abusifs aux gens qui représentent encore à ce jour ceux qui nous ont infligé des mauvais traitements », affirme-t-il.

De l’aide plus spécialisée au besoin

Bien que les aînés soient d’un excellent support pour les personnes désireuses d’obtenir de l’aide, la Bande autochtone d’Inuvik désire néanmoins pouvoir s’appuyer au besoin sur d’autres personnes.

« Les prochaines étapes consistent à s’engager avec une ou deux personnes, en dehors de nos membres, ayant une formation clinique et qui pourront fournir des conseils dans certains cas particuliers, car nous ne sommes pas certains que chaque individu aura des problèmes faciles à résoudre et nous ne savons pas si les aînés disponibles auront un moyen acceptable ou la volonté de s’engager activement avec le membre », conclut M. Wright.

-30-

Photo
Crédit : Edward Wright
Légende
Espace de rassemblement traditionnel aménagé derrière le bureau de la Bande autochtone d’Inuvik.

  • Nombre de fichiers 2
  • Date de création 29 septembre, 2020
  • Dernière mise à jour 29 septembre, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article