• Version
  • Télécharger 160
  • Taille du fichier 3.18 MB
  • Nombre de fichiers 2
  • Date de création 29 novembre, 2021
  • Dernière mise à jour 29 novembre, 2021

Le radon, poison de votre maison

Le radon est un gaz cancérigène, présent naturellement dans le sol, qui s’infiltre dans toutes les maisons de l’Île-du-Prince-Édouard.  Dans le cadre du mois de sensibilisation au radon, Santé Canada invite les insulaires à faire tester leur logement afin d’en détecter la présence dans leur air intérieur. 

_______________________

Marine Ernoult

IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

 

 

 

Il n’y a pas que la cigarette qui provoque le cancer du poumon.  La radon, un gaz radioactif naturellement émis par le sol et la roche, peut aussi faire des dégâts.  Classé depuis 1987 comme «cancérigène certain» par le Centre international de recherche sur le cancer, il est aujourd’hui la principale cause de cancer du poumon chez les non-fumeurs, provoquant la mort de plus de 3 200 Canadiens chaque année.

Le radon est un gaz très particulier, produit par la dégradation de l’uranium dans le sol.  Inodore et insipide, il passe inaperçu.  Il s’infiltre pourtant facilement dans les maisons à travers des fissures dans les murs de fondation et les dalles de plancher.  Il profite de toutes les ouvertures autour des branchements et des poteaux de soutien, des châssis, des siphons de sol, des puisards ou des cavités à l’intérieur des murs.

Dans certaines régions aux sols granitiques ou volcaniques, les émissions naturelles de radon sont plus importantes.  «Mais il y en a partout au Canada, dans toutes le provinces, toutes les villes, et dans chaque maison de l’Î.-P.-É., insiste Roshini Kassie, en charge des radiations au sein de l’équipe de santé environnementale pour la région Atlantique à Santé Canada.  Ce n’est pas une question de si vous en avez, vous en avez, la seule question est combien».

4 % des maisons de l’île à risque

Selon l’experte, dans une même rue, les niveaux varient fortement d’une habitation à l’autre: «Tout dépend du mode d’occupation, du système de chauffage et de ventilation, de l’étanchéité des sols et des murs».

D’après les résultats de l’enquête pancanadienne sur les concentrations de radon dans les habitations, menée en mars 2012 par Santé Canada, 4 % des logements de l’Île-du-Prince-Édouard ont des concentrations de radon dans l’air intérieur, dangereuses pour la santé, au-dessus de la ligne directrice de 200 becquerels par mètre cube (Bq/m3).

Santé Canada invite les insulaires à faire tester leur maison afin de détecter la présence de radon.  La mesure de la concentration s’étale sur trois mois minimum, de préférence en automne et en hiver (lorsque la ventilation naturelle est plus réduite).  Les Prince-Édouardiens ont la possibilité d’emprunter gratuitement une trousse de dépistage auprès du Service des bibliothèques publiques de l’Île-du-Prince-Édouard.

Absence de réglementation contraignante

Si le niveau observé est supérieur à 200 Bq/m3, les particuliers peuvent contacter un professionnel, certifié par le Programme national de compétence sur le radon au Canada.  Il les aidera à mettre en œuvre des mesures pour réduire l’exposition.  «C’est facile à corriger», rassure Roshini Kassie.

La dépressurisation active du sol sous la dalle est la technique d’atténuation la plus efficace et la plus fiable.  Cette méthode consiste à installer un tuyau traversant la dalle de plancher de la fondation et d’y joindre un ventilateur qui fonctionne en permanence.  Le radon est ainsi aspiré sous la maison et rejeté à l’extérieur où il se dilue rapidement.  Roshini Kassie regrette qu’à l’heure actuelle aucune aide, provinciale ou fédérale, n’existe pour financer l’achat d’un tel système.

La spécialiste déplore également l’absence de réglementation qui impose un diagnostic radon lors de la vente ou de la mise en location d’un logement.  «Ça reste à la discrétion des associations immobilières ou des propriétaires de faire faire un test», commente-t-elle.  Le Code national du bâtiment impose seulement depuis 2010 des mesures en vue de prévenir l’infiltration de radon dans les constructions neuves.

 

 

-30-

 

 

 

Photos

 

Les insulaires peuvent emprunter une trousse de dépistage du radon auprès du Service des bibliothèques publiques de la province.  (Photo : Marine Ernoult)

Attached Files

FichierAction
Trousse de dépistage du radon.jpgTélécharger
Le radon, poison de votre maison.docxTélécharger
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article