Le milieu artistique à nouveau en situation précaire

Le milieu artistique à nouveau en situation précaire

Après une rentrée automnale sous le signe de l’optimisme, le retour des Fêtes est plus difficile pour le milieu culturel. La rentrée se fait calme, mais les diffuseurs gardent espoir de pouvoir maintenir leur programmation pour les mois à venir. Survol d’un milieu qui devra encore faire preuve de résilience.
_______________________

André Magny

IJL – Réseau.Presse – Le Moniteur Acadien

Pour Marcia Babineau, directrice artistique du théâtre l’Escaouette à Moncton, il n’est pas question d’abandonner la saison.

Comme il n’y avait rien de programmé en janvier, les prochaines semaines serviront à faire le point sur la situation, indique-t-elle. Cependant, des ateliers d’écriture ainsi qu’un laboratoire avec des comédiens ont dû être déplacés. Pour le moment, le plus important est «de ne pas mettre le public et les artistes en danger», précise Mme Babineau.

Des événements pourraient-ils avoir lieu de manière virtuelle? La directrice artistique n’est pas particulièrement chaude à cette idée. «La présence de l’acteur, c’est ça qui nous définit, qui rend notre métier si exceptionnel!» plaide-t-elle.

Néanmoins, Marcia Babineau ne ferme pas complètement la porte : «D’ici six semaines, on verra si on fait du streaming

Certains événements maintenus à Dieppe

La responsable des communications du Centre des arts et de la culture de Dieppe (CACD), Séverine Fox, explique pour sa part que «la situation est très délicate puisque nous sommes en pleine reprise de nos opérations».

Les matchs d’improvisation prévus le 12 janvier entre la Ligue nationale d’improvisation (LNI) et la Ligue d’improvisation olympienne (LIO) du Grand Moncton sont maintenus. Cependant, les rencontres pourront avoir lieu devant 110 personnes, soit la moitié de ce que peut normalement accueillir la salle. «Les joueurs de ces matchs seront testés avant de monter sur scène», précise Mme Fox.

Un vernissage collectif d’expositions actuellement en montre dans les espaces ouverts du CACD est toujours programmé le 13 janvier, mais les ateliers collectifs de modelage, de dessin et d’improvisation destinés à des publics de moins de 12 ans ont dû être suspendus. «Les sessions reprendront et seront reportées lorsque la situation le permettra», mentionne Mme Fox.

Des chambardements sont aussi prévisibles en ce qui concerne les cours de musique, qui seront donnés en ligne uniquement.

Caraquet se croise les doigts

Le Centre culturel de Caraquet, organisme à but non lucratif qui gère aussi le Carrefour de la mer et le Cinéma du Centre, a également «subi les contrecoups des restrictions sanitaires depuis le début de la pandémie», précise son directeur, Claude L’Espérance.

Il envisage un retour des Fêtes assez calme : «L’équipe événementielle, lors de l’élaboration de la programmation hivernale, avait été mollo dans le nombre de représentations pour janvier et février, alors c’est plus facile pour nous dans l’immédiat, au moins jusqu’en mars.»

Le printemps sera en effet chargé avec des spectacles notamment de Marie-Mai, Philippe Bond, P’tit Beliveau ou encore Fred Pellerin. D’ici là, le directeur croise les doigts et «a bien hâte de voir la fin de ce cauchemar»!

Soutenir le milieu par l’achat de disques

Carol Doucet est propriétaire et directrice du Grenier musique. Son équipe et elle travaillent avec une quinzaine d’artistes acadiens, principalement du Nouveau-Brunswick, dont Jacques Surette et Chloé Breault. Planification de spectacles, gestion de carrières et financement de projets musicaux sont habituellement le lot de son quotidien.

Avec cette nouvelle vague surréaliste de COVID-19, la gérante d’artistes met les bouchées doubles en ce qui concerne la sortie de disques et la planification de tournées. Plusieurs spectacles étant annulés, les revenus des artistes proviennent en grande partie de la plate-forme SiriusXM. «On travaille aussi beaucoup auprès des radios», précise Carol Doucet.

Les prochaines semaines serviront également à produire quelques vidéo-clips : «Nous avons eu quelques subventions pour en réaliser», précise Mme Doucet.

En tant que consommateur, un conseil pour venir en aide aux artistes par les temps qui courent? «Achetez des disques!» lance sans hésiter celle qui met tout en œuvre pour que ses artistes demeurent productrices et producteurs de leurs spectacles, éditeurs et éditrices de leur musique et propriétaires de leurs bandes maîtresses, à vie. L’achat de disques, «c’est le moyen le plus direct de les aider», conclut Carol Doucet.

-30-

Photos :

0109 IJL MA_Rentrée artistique_Carol Doucet_Cr. Courtoisie : Carol Doucet dirige Le Grenier musique à Moncton. (Photo : Courtoisie)

0109 IJL MA_Rentrée artistique_CACD_Cr. Courtoisie CACD : Le Centre des arts et de la culture de Dieppe. (Photo : Courtoisie CACD)

  • Nombre de fichiers 3
  • Date de création 14 janvier, 2022
  • Dernière mise à jour 9 janvier, 2022
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article