Le Canada premier de la croissance du G7 malgré la COVID et l’ÎPÉ a la croissance la plus forte au pays

Avec une croissance de 8 % de sa population entre les recensements de 2016 et de 2021, l’Île-du-Prince-Édouard se démarque comme la province ayant connu la plus forte croissance.  À l’intérieur de la province, la croissance n’a pas suivi la même courbe dans toutes les unités de recensement. 

_______________________

Jacinthe Laforest

IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

 

 

 

L’Î.-P.-É. a connu une croissance de 8 % de sa population entre les recensements de 2016 et le plus récent de 2021.  C’est la plus forte croissance parmi les provinces.  C’est d’autant plus remarquable que la croissance entre 2011 et 2016 avait été de 1,9 % seulement.

Selon le tableau de Statistiques Canada (voir au www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=9810000202&pickMembers%5B0%5D=1.386), l’augmentation de la population à l’Île ne s’est pas faite de façon égale (voir quelques exemples dans l’encadré en haut à droite de cette page).

Chose intéressante, ce tableau donne aussi la variation du nombre de logements privés pour chaque zone mesurée.  On peut penser que l’augmentation de la population est obligatoirement proportionnelle au nombre de logements disponibles.  Mais ce n’est pas toujours le cas.  Par exemple, dans la région Évangéline, où le nombre de logements disponibles est vu comme un frein à l’établissement, on observe la règle générale et son exception.  À Abram-Village, la hausse de 13,3 % de la population a été proportionnelle à la hausse de 15,7 % du nombre de logements privés.  À Wellington RM, où la population a diminué de 0,2 %, le nombre de logements privés est passé de 177 à 211, une hausse de 19,2 %.  Dans Wellington FD, où la population a diminué de 3,4 %, il y a pourtant eu une hausse de 4,7 % du nombre de logements privés.

Dans les Maritimes

La population des Maritimes a augmenté à un rythme plus rapide que celle des Prairies pour la première fois au recensement depuis les années 1940.  La croissance démographique de la Nouvelle-Écosse (+5,0 % pour atteindre 969 383 personnes) a presque égalé la croissance du Canada dans son ensemble et fait suite à cinq recensements au cours desquels le taux de croissance de la province n’a jamais dépassé 1,0 %.

En 2021, le nombre de personnes vivant au Nouveau-Brunswick était 3,8 % plus élevé que cinq ans auparavant, atteignant 775 610 personnes, après avoir connu une baisse de 0,5 % de 2011 à 2016.

Selon Statistiques Canada, deux importants facteurs expliquent l’augmentation de la croissance démographique dans les Maritimes.

1- Le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard ont accueilli un nombre record d’immigrants de 2016 à 2021, la grande majorité d’entre eux étant arrivés avant la pandémie. Bien qu’environ le tiers à la moitié des personnes qui immigrent dans les Maritimes déménagent dans une autre province dans les cinq ans suivant leur arrivée, les niveaux plus élevés d’immigration étaient tout de même principalement à l’origine du rebond de leur croissance démographique depuis 2016.

2- Pour la première fois depuis la période intercensitaire de 1981 à 1986, davantage de personnes ont quitté d’autres régions du Canada pour s’établir dans les Maritimes (134 841 personnes) que l’inverse (98 086). L’afflux positif de personnes dans ces provinces en provenance d’ailleurs au Canada a commencé avant la pandémie, mais s’est intensifié par la suite. Ce changement peut être en partie lié à la possibilité accrue de travailler à domicile, combiné à des perturbations économiques plus importantes dans d’autres régions du Canada et aux coûts de logement moins élevés dans les Maritimes.

Sans ces accroissements migratoires internationaux et internes, la population des trois provinces maritimes aurait probablement diminué puisque, comme Terre-Neuve-et-Labrador, elles ont toutes enregistré plus de décès que de naissances de 2016 à 2021.

Au Canada

Malgré la pandémie, le Canada demeure le pays ayant la croissance la plus rapide du G7. La majorité de cette croissance est attribuable à un plus grand nombre de personnes arrivant des quatre coins du monde pour commencer une nouvelle vie au pays. Le Canada comptait environ 1,8 million de personnes de plus en 2021, comparativement à cinq ans plus tôt. De ce nombre, quatre personnes sur cinq avaient immigré au Canada depuis 2016.

 

 

 

-30-

 

 

 

Photos

 

bp

  • Nombre de fichiers 5
  • Date de création 13 mai, 2022
  • Dernière mise à jour 13 mai, 2022
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article