L’ACFO Ottawa enchantée d’une ville bilingue

La Ville d’Ottawa porte le sceau du bilinguisme depuis le 15 décembre 2017, grâce aux efforts de Nathalie Desrosiers, ancienne députée à la province de l’Ontario. L’annexe reconnaissant le caractère bilingue d’Ottawa contraint la ville à instaurer le bilinguisme dans ses politiques et dans ses services. Près de quatre ans plus tard, le changement se fait toujours sentir à Orléans selon Soukaina Boutiyeb, présidente de l’Association des communautés francophones d’Ottawa (ACFO Ottawa).

_______________________

Rebecca Kwan

IJL – Réseau.Presse – L’Orléanais

 

«Une augmentation du bilinguisme à Ottawa est bénéfique pour tout le monde», avance-t-elle avant toute chose. «Voir aujourd’hui l’enchâssement du bilinguisme à la Ville d’Ottawa, c’est une victoire importante pour l’ensemble de la communauté».

 

«Nous avons lutté pendant longtemps pour cette reconnaissance», ne manque pas de noter Mme Boutiyeb. «Évidemment, il y a toujours du chemin à faire pour se rendre où nous aimerions nous rendre mais cette désignation était une première étape très importante», affirme-t-elle, se remémorant s’être ralliée sous la bannière #OttawaBilingue en 2014, un mouvement auquel s’étaient joint de nombreux organismes.

 

«Après plusieurs années de mobilisation pour ce dossier, culminant avec une journée d’action où plus d’un millier d’Ottaviens se sont ralliés pour la cause du bilinguisme à Ottawa, l’ACFO est ravie de constater que nos élus sont à l’écoute des citoyens», partage la présidente.

 

Virage bilingue

 

«Nous avons remarqué une augmentation des efforts visant à rendre des activités qui étaient par le passé uniquement anglophones, maintenant bilingues ou au moins avec des composantes bilingues», poursuit Mme Boutiyeb.

 

Toutefois, pour sa part, Aimée Scheffer, étudiante à l’Université d’Ottawa et sauveteuse à la Ville d’Ottawa, ne voit pas les choses du même œil. «À l’Université, par exemple, on a moins d’options de cours en français», explique Mme Scheffer. «Alors à mon avis, que la loi ait changé, ça ne fait pas une grosse différence», partage-t-elle avec candeur.

 

 

Appui financier

 

Néanmoins, le changement aura eu pour retombées positives la montée en investissement dans divers projets locaux.

 

Faisant suite à la désignation du statut bilingue de la Ville d’Ottawa en 2017, l’ACFO Ottawa a mis sur pied un programme de micro-subventions, question d’appuyer des initiatives bilingues locales. Aujourd’hui, plus de 39 % de la population d’Ottawa, soit un total de 555 000 personnes, sont touchées directement ou indirectement par les projets d’Ottawa bilingue, estime Mme Boutiyeb. «Le soutien des projets continue, puisqu’une nouvelle ronde de financement devrait être annoncée pour le printemps 2022», confirme-t-elle.

 

«Le financement du programme Ottawa bilingue de l’ACFO Ottawa a aussi permis d’investir dans des projets concrets pour renforcer le bilinguisme dans la région», ajoute Mme Boutiyeb, recensant avoir octroyé des subventions cumulant un total de plus de 2 millions de dollars depuis le début du programme en 2019. «Et en 2021 seulement, 20 000 $ ont déjà été investis dans des projets ou programmes qui auront un impact direct sur le bilinguisme à Orléans», poursuit-elle.

 

Qu’il s’agisse de francophones ou de francophiles, les efforts de l’ACFO Ottawa font bonne presse selon la présidente. «Les commentaires de la communauté ont été très positifs à date. Dans la rétroaction des projets du programme de 2019 à 2021, nous avons eu des centaines de rétroactions positives qui encouragent davantage le développement du bilinguisme à Ottawa», observe-t-elle.

 

-30-

BP :

Marche 2017_01 : Le 31 mai 2017, plus de 1000 personnes se sont donné rendez-vous pour réclamer qu’un statut officiellement bilingue soit octroyé à la Ville d’Ottawa. (Crédit : Archives de L’Orléanais)

  • Nombre de fichiers 2
  • Date de création 13 septembre, 2021
  • Dernière mise à jour 13 septembre, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article