La directrice générale de Hawkesbury poursuit la ville et la mairesse Assaly

Le 23 novembre dernier, la directrice générale de la ville de Hawkesbury, Dominique Dussault, a déposé une poursuite au civil de 200 000$ contre la mairesse Paula Assaly et donc la ville elle-même.

Dominique Dussault en poste depuis mars 2021 (après avoir assuré ce même poste par intérim à partir de juillet 2020), demande 100 000$ en dommages-intérêts pour diffamation, en plus de 100 000 $ en dommages-intérêts punitifs. Aussi, comme il a été initialement rapporté par Radio-Canada le 17 décembre dernier, ce sont les propos tenus par la mairesse en réponse à la publication du rapport M’Garry, le 27 septembre dernier, qui ont finalement poussé madame Dussault à prendre des actions légales. Plus encore que la mairesse s’obstinait à ne pas vouloir travailler avec elle.

Un long historique de discorde

Encore une fois, les événements de juin 2020, où des employés-cadres furent congédiés ne sont pas étrangers à ce dernier dénouement.

Dominique Dussault avait initialement fait une plainte contre madame Assaly au Commissaire à l’intégrité de l’époque, John Saywell qui avait ensuite publié un rapport le 31 décembre 2020 venant écorcher la mairesse pour avoir notamment manqué à son devoir déontologique.

Peu de temps après, madame Assaly avait intenté des actions légales contre la ville et monsieur Saywell. Elle a indiqué à maintes reprises que c’était ce dernier qui avait manqué à son devoir de déontologie, en plus de ne pas avoir respecté l’équité procédurale en ne lui demandant jamais sa version des faits et en se basant sur ce qui était selon elle de « fausses allégations ». Cependant, le 26 novembre dernier, la mairesse Assaly a finalement décidé de retirer sa poursuite pour se concentrer sur le problème de « climat toxique » qui règne à la ville depuis 2014.

En dehors du rapport Saywell, il y a ensuite eu le rapport M’Garry, concernant une autre plainte faite en lien avec les événements de juin 2020. Ce dernier rapport avait lui aussi éclaboussé Paula Assaly qui s’était ensuite défendue en citant que le fait que la Commissaire à l’intégrité, Valerie M’Garry, était unilingue anglophone et ne pouvait donc pas faire un rapport représentatif de la situation. Elle avait aussi tenu d’autres propos, visant certains employés de la Corportation de la ville de Hawkesbury en leur remettant le blâme pour les problèmes de dysfonction qui règnent à la ville. Selon madame Dussault, ces propos la visaient directement et font partie d’une longue campagne de diffamation ayant pour but de la faire démissionner.

D’ailleurs, les propos controversés de la mairesse ont ensuite fait l’objet d’un vote du conseil, le 13 octobre dernier, déclarant à l’unanimité (mis à part l’abstention de madame Assaly) que ses propos n’étaient pas représentatifs de l’opinion du conseil.

Et plus encore…

Malgré cela, la ville de Hawkesbury et son conseil n’ont jamais été capables de « passer à autre chose ». Lors de sa conférence de presse annonçant l’abandon de sa poursuite, accompagnée des conseillers Lawrence Bogue et Antonios Tsourounakis, la mairesse avait déclaré que la nomination de madame Dussault (en mars 2021) représentait un conflit d’intérêts, étant donné la plainte qu’elle avait portée contre elle au Commissaire à l’intégrité.

La semaine suivante, le 6 décembre, les quatre autres membres du conseil, soit Robert Lefebvre, Yves Paquette, Raymond Campbell et André Chamaillard, ont à leur tour tenu une conférence de presse pour se dissocier à nouveau des propos de la mairesse. Ils en avaient d’ailleurs profité pour défendre la nomination de madame Dussault, qui ne représentait pas selon eux un conflit d’intérêt et qui avait été fait uniquement puisque madame Dussault possédait toutes les qualités requises pour occuper ce poste. Rappelons qu’en mars 2021, seuls madame Assaly et monsieur Bogue n’avaient pas approuvé sa nomination. Pour conclure cette conférence, les quatre membres du conseil avaient déclaré que c’était la dernière fois qu’ils répondraient aux propos de la mairesse.

Dossier à suivre

Pour l’heure très peu de commentaires ont été émis en lien avec la plainte de Dominique Dussault. Le journal a contacté le cabinet d’avocats Lister-Beaupré, mais Chantal Beaupré qui représente madame Dussault n’a pas donné suite à notre appel. Du côté de la mairesse, elle a déclaré au journal qu’elle était en attente de plus amples communications avec les assurances de la ville et qu’elle n’avait donc pas d’autres commentaires à émettre pour le moment. Reste maintenant à voir si cette nouvelle procédure pourra arriver à une conclusion avant les prochaines élections municipales, prévues dans près de 10 mois, soit le 24 octobre prochain.

  • Nombre de fichiers 2
  • Date de création 14 janvier, 2022
  • Dernière mise à jour 14 janvier, 2022
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article