La cohésion sociale au cœur du mandat de Dialogue NB

Fondé en 1989 pour apaiser les tensions linguistiques entre les communautés anglophone et francophone, Dialogue NB a révisé sa mission en 2018. L’organisation vient d’engager une nouvelle directrice générale par intérim, Vanessa Paesani. Le Moniteur Acadien l’a rencontrée.

_______________________

Damien Dauphin

IJL – Réseau.Presse – Le Moniteur Acadien

 

 

 

Succédant à Nadine Duguay-Lemay, Vanessa Paesani a pris ses nouvelles fonctions le 19 avril 2022. La cohésion sociale, cœur de mission de Dialogue NB depuis 2018, est le fil conducteur de la propre feuille de route de la nouvelle directrice générale par intérim. Dans une province qui tente de se relever et de guérir après deux longues années de pandémie, il est impératif de trouver des terrains d’entente et de bâtir des ponts entre les communautés pour éviter que la société ne se fracture, voire ne se disloque.

 

« La cohésion sociale est plus importante que jamais ! Je crois que nous avons plus de points communs que de différences, et le Nouveau-Brunswick a l’occasion de devenir un véritable chef de file en matière de cohésion sociale. A travers ses programmes et ses initiatives, Dialogue NB joue un rôle essentiel », explique-t-elle.

 

Difficile à vivre pour tout le monde, la pandémie de COVID-19 a fragilisé le tissu social des Néo-Brunswickois. Parfois, elle a divisé des familles. Même si la crise sanitaire n’est pas terminée, Madame Paesani croit cependant que la province est sur le chemin de la guérison. Les répercussions des tensions internationales, et notamment de la guerre en Ukraine, présentent de nouveaux défis au Nouveau-Brunswick, qui en a déjà beaucoup à relever.

 

Affronter le racisme systémique

 

Dialogue NB n’hésite pas à aborder des problématiques sensibles avec des gens de bonne volonté. « Les personnes veulent aider, elles ont de bonnes intentions, dit Mme Paesani.  C’est à nous d’animer les discussions et de leur donner des outils pour exprimer leurs idées dans le cadre de conversations difficiles. »

 

Parmi celles-ci, se trouve la question épineuse du racisme systématique, dont souffrent plus particulièrement les communautés autochtones de la province. Elle sera à l’affiche du prochain événement organisé par Dialogue NB le 26 mai prochain, au Centre des arts et de la culture de Dieppe. Intitulé « Affronter le racisme systémique au Nouveau-Brunswick », ce dialogue intime avec la Dre Pamela Palmater et le Dr David Perley est aussi une opération de levée de fonds, dont les bénéfices serviront à développer les programmes et les initiatives de Dialogue NB.

 

« Nous travaillons pour amplifier les voix, et notamment des personnes autochtones qu’on n’entend peut-être pas assez souvent, mais qui sont les mieux placées pour nous dire quels sont les enjeux et ce sur quoi il faudrait travailler en priorité. Ce dialogue va vraiment permettre de faire émerger des pistes en partant du début », précise Florence Gouton, directrice des communications et des partenariats stratégiques de Dialogue NB.

 

« Notre objectif est de faciliter le dialogue, de permettre aux gens d’ouvrir les yeux sur un certain nombre de sujets et de reconnaître ce qui est important pour développer l’inclusion, la diversité et le sentiment d’appartenance », poursuit-elle.

 

Sensibiliser les enfants

 

L’éducation étant à la racine d’une société inclusive et en santé, ouverte sur la diversité, cette année, Dialogue NB va travailler avec les établissements scolaires de la province dans le cadre du programme Écoles Dialogue, dont les activités concernent les élèves de la maternelle à la 5e année afin de développer leurs capacités à s’ouvrir sur le monde. L’objectif avoué est de reproduire ce qui a été commencé en 2020 avant la pandémie : faire se rencontrer des écoles voisines, qu’elles soient francophones, anglophones ou autochtones. Florence Gouton livre une anecdote touchante.

 

« D’où qu’ils viennent, tous les enfants peuvent profiter de cette initiative bénéfique. Si vous aviez vu le regard des enfants autochtones arrivant à l’école de Miramichi ! Le bus avait fait trois arrêts parce que les enfants avaient peur. A la fin, ils rigolaient avec les autres enfants et s’étaient faits plein de copains. »

 

Dialoguer en français

 

Vanessa Paesani a une formation en sciences et en éducation, ainsi qu’en coaching exécutif, en gestion financière d’organismes sans but lucratif et en vente. Elle est diplômée de l’université Mount Allison, de l’université Saint Thomas d’Aquin, de la Harvard Kennedy School et de l’université Royal Roads.

 

Autrefois bilingue, elle n’a guère eu l’occasion de pratiquer le français au cours de la dernière décennie. Cependant, la directrice générale par intérim de Dialogue NB entend dialoguer avec fluidité avec ses interlocuteurs francophones ! Afin de ne plus buter sur certains mots, elle s’est remise d’arrache-pied à la langue de Molière.

 

« J’ai envie de pratiquer le français professionnel, j’aime le lire et je le parle tous les jours avec Florence », a-t-elle fièrement déclaré.

 

 

-30-

 

 

 

Photos

 

Titre : Vanessa Paesani

Légende : Vanessa Paesani est la nouvelle directrice générale de Dialogue NB

Crédit : Gracieuseté

  • Nombre de fichiers 2
  • Date de création 29 avril, 2022
  • Dernière mise à jour 29 avril, 2022
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article