Joyeux tintamarre à Charlottetown

Cette année, la Fête nationale de l’Acadie s’est étalée sur trois jours à l’Î.-P.-É..  Ce «Franco-tour», imaginé par les six centres scolaires communautaires et la Société acadienne et francophone de l’Î.-P.-É., a débuté le vendredi 13 août à Charlottetown avec un tintamarre.

_______________________

Marine Ernoult

IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

 

 

 

Cette année, la Fête nationale de l’Acadie s’est étalée sur trois jours à l’Î.-P.-É..  Ce «Franco-tour», imaginé par les six centres scolaires communautaires et la Société acadienne et francophone de l’Î.-P.-É., a débuté le vendredi 13 août à Charlottetown avec un tintamarre.

_______________________

Marine Ernoult

IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

 

 

 

Le vendredi 13 août, sous un soleil de plomb, le tintamarre organisé par le Carrefour de l’Isle-Saint-Jean s’élance à proximité du port de plaisance de Charlottetown.  Vers 11 h, environ 35 personnes prennent part à la parade bruyante aux couleurs de l’Acadie qui remonte vers la mairie de la capitale provinciale.  Drapeaux acadiens en main, chapeaux ou bandeaux dans les cheveux, les participants sont grimés de bleu, blanc et rouge, étoilé de jaune.

Muni de longues cuillères, de couvercles de casseroles ou de hochets, chacun contribue au vacarme, dans une ambiance festive.  Un grand charivari qui permet aux Acadiens de l’Î.-P.-É. d’affirmer leur existence aux yeux du monde.  Le groupe Mi’kmaq Heritage Actors mène le cortège aux sons de tambours traditionnels.  Les Klaxons de nombreuses voitures les accompagnent.

Dans la foule colorée, Chérine Stévula, directrice générale du Carrefour de l’Isle-Saint-Jean, se félicite de l’engouement suscité par cette marche tonitruante.  «Les gens sont plus sensibilisés à la situation minoritaire, ils veulent davantage apprendre le français», assure la Franco-manitobaine qui se dit «Acadienne de cœur».

Dominique Chouinard, directrice par intérim du Secrétariat des Affaires acadiennes et francophones de l’Î.-P.-É., participe, elle, à son dixième tintamarre en Atlantique.  «C’est une belle tradition pour montrer notre fierté et c’est un plaisir de faire du bruit», sourit la Québécoise aux origines acadiennes, arrivée il y a 13 ans à l’Île.  «C’est notre responsabilité de faire vivre notre langue, notre culture», ajoute-t-elle.

Défendre les richesses acadiennes

Deux Québécois marchent à ses côtés.  Valerie Drouin, qui travaille depuis deux ans au sein du secrétariat, se sent déjà «à moitié acadienne».  «La nourriture, la culture, le parler français, je me reconnais tellement dans tout ça», raconte-t-elle.  Guillaume Coté est lui en visite à l’Île.  Le Montréalais découvre l’Acadie à l’occasion de son premier tintamarre.

Un peu plus loin dans la parade, Jenny Melanson, installée depuis douze ans dans la province, est heureuse de partager ce moment avec d’autres francophones.  «C’est une excellente occasion de célébrer la francophonie et de passer du bon temps ensemble», se réjouit l’Acadienne, originaire du Nouveau-Brunswick.  «Nous devons défendre nos richesses linguistiques, culturelles, musicales et culinaires», plaide la traductrice au sein du gouvernement provincial.

Une fois la marche arrivée devant la mairie, les discours officiels s’enchaînent.  «Le français fait partie de notre culture et de nos traditions, c’est important de le célébrer, les enfants doivent être exposés à la langue le plus tôt possible», insiste en français Nathalie Jameson, ministre de l’Éducation et de l’Apprentissage continu.  L’édile de Charlottetown Philip Brown rend de son côté hommage à la «vibrante communauté acadienne qui a contribué à l’histoire de la région».  Sur les coups de midi, le drapeau acadien est hissé dans le ciel bleu azur.  La première étape du «franco tour» s’achève dans les derniers tintements de casseroles.

 

 

 

-30-

 

 

 

Photos

 

Natalie Jameson, ministre de l’Éducation et de l’Apprentissage continu, et Philip Brown, maire de Charlottetown, participent au tintamarre organisé par le Carrefour de l’Isle-Saint-Jean.  (Photo : Marine Ernoult)

 

Le groupe Mi’kmaq Heritage Actors est en tête du tintamarre aux sons de tambours traditionnels.  (Photo : Marine Ernoult)

 

Environ 35 personnes prennent part au tintamarre.  Elles sont grimées aux couleurs de l’Acadie.  (Photo : Marine Ernoult)

 

Philip Brown, Bill Wiltshire et sa femme, ainsi que Natalie Jameson (de g. à d.) tiennent le drapeau acadien devant la mairie de Charlottetown.  (Photo : Marine Ernoult)

 

Miriam Bois applique un charmant maquillage au bras de Sixtine O’Hanley, lors de la fête de l’Acadie au Carrefour de l’Isle-Saint-Jean, le 13 août en soirée.  (Photo : Jacinthe Laforest) 

 

Les Mi’kmaq Heritage Actors ont ouvert le spectacle, avec entre autres la danse du châle.  Sirène et Matelot ont complété le programme.  (Photo : Jacinthe Laforest)

 

Alors que le soleil baissait à l’horizon, le public s’est installé sur le terrain pour le spectacle divertissant.  (Photo : Jacinthe Laforest)

 

  • Nombre de fichiers 8
  • Date de création 26 août, 2021
  • Dernière mise à jour 26 août, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article