Élections virtuelles et vie étudiante en français

Le 5 avril dernier, Le Cercle Français (LCF) de l’Université Memorial (MUN) a accueilli deux nouvelles membres au sein de son conseil exécutif pour l’année scolaire 2021-2022. Malgré plus d’un an de cours et de vie universitaires en virtuel, l’association étudiante a tenu à organiser ces élections pour assurer la pérennité de ses rencontres sociales et de ses autres événements divers en français à l’avenir.

 _______________________

Coline Tisserand

IJL – Réseau.Presse – Le Gaboteur

C’est une élection pas comme les autres que Le Cercle Français a organisée cette année. Pas du genre de celles des récentes élections provinciales de Terre-Neuve-et-Labrador, qui ont duré beaucoup plus longtemps que prévu, et avec les votes par voie postale. Pour la société étudiante de MUN, tout s’est passé en ligne, sur sa page Facebook.

« Cela n’a pas été des élections très longues en effet, explique la présidente du LCF, Ceara Keough. C’est Emily Webb, l’ancienne présidente, qui a dirigé les élections. C’était plus juste que ce soit elle qui s’en occupe, puisqu’elle ne fait plus partie de l’exécutif. »

Élections en mode virtuel

Deux postes étaient à pourvoir. Un rôle de secrétaire et coordinateur des médias sociaux, ainsi qu’un rôle de coordinateur d’événements. Les personnes intéressées devaient contacter l’exécutif pour se faire connaître et manifester leur intérêt. En fin de compte, cinq candidates - seules des femmes ont en effet répondu à l'appel - ont fait campagne virtuellement à travers des publications Facebook pour se présenter et expliquer leurs motivations.

Du 29 mars au 5 avril, un peu plus d’une centaine d’étudiants ont voté via un formulaire Google, une participation assez élevée selon la présidente de l’exécutif. « Environ 110 personnes ont voté, ce n’est pas mal ! En 2019, lors des élections en présentiel, il y avait seulement 10 votants », se souvient Ceara Keough. C’est finalement Jakiera Rideout qui a été élue au poste de secrétaire et coordinatrice des médias sociaux, et Emily Thorne au poste de coordinatrice d'événements, ce qui porte ainsi l’exécutif à 6 membres.

Megan Shannon Kieley, qui occupe déjà un des sièges de coordinatrice d’événements, se réjouit de partager cette tâche avec sa future « collègue »  Emily Thorne. « On va pouvoir travailler ensemble pour préparer toutes sortes d’événements en français. [...] On espère que la session de septembre sera à nouveau en personne, et on va voir ensuite ce qui est possible. Habituellement, Le Cercle Français se réunit tous les mercredis midi pour organiser des jeux en français, parler en français. On fait aussi un bus crawl à chaque session. Pour l’instant, faire des événements en virtuel est très difficile », explique l’étudiante, actuellement en 4e année à MUN, avec une majeure en français.

Vie sociale étudiante au ralenti

Depuis plus d’un an, les étudiants de MUN suivent tous leurs cours en ligne. Pas facile de maintenir un réseau social en étudiant depuis la maison, et encore moins d’en créer ou d’en développer un pour ceux qui commencent leur première année universitaire. « La sociabilité me manque beaucoup, j’espère vraiment retourner physiquement en cours. J’ai de moins en moins de motivation avec les cours en ligne », témoigne Jessica Tucker, vice-présidente du Cercle Français. La société, créée en 2012 selon Ceara Keough, fait partie des 200 associations universitaires en tout genre que compte MUN. Ces différents groupes d’étudiants sont justement des espaces permettant de tisser des liens entre étudiants de différents horizons.

Ceara Keough le confirme. « La société LCF permet de se rencontrer entre étudiants hors des cours, de se parler. Elle a eu une importance particulière pour moi quand j’étais en première année d’études. Je voulais m’assurer d’offrir la même expérience aux autres étudiants. […] Les élections sont un moyen d’assurer la continuation du LCF, en espérant pouvoir retourner à une vie scolaire normale en septembre », explique la jeune femme.

Selon elle, un des objectifs du Cercle Français est de rencontrer d’autres étudiants qui ont une passion pour le français et pour la culture francophone. « Les études en français sont parfois très difficiles, alors c’est important de se rencontrer dans un autre contexte qu’un contexte de classe pour partager notre amour commun du français », souligne Ceara Keough.

Jessica Tucker espère que beaucoup de jeunes étudiants vont vouloir participer à l’association une fois que la vie étudiante aura repris son cours normal. « On a beaucoup d’idées et on espère accueillir de nouveaux membres. Le Cercle est ouvert à tout le monde qui aime le français et la culture francophone », conclut la vice-présidente.

 

-30-

Photos:

Photo 1

LCF: Le logo de l’association étudiante. (Courtoisie du Cercle Français)

Photo 2

Ceara LCF: Ceara Keough, présidente du conseil exécutif du Cercle Français. (Courtoisie de Ceara Keough)

  • Nombre de fichiers 3
  • Date de création 16 avril, 2021
  • Dernière mise à jour 16 avril, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article