Élections en Ontario: ça se corse entre Doug Ford et Steven Del Duca

ÉMILIE PELLETIER

Initiative de journalisme local — Le Droit

Les confrontations entre Doug Ford et Steven Del Duca ont causé des étincelles lors du premier débat des chefs de la campagne électorale en Ontario, à North Bay, mardi.

Le débat organisé par la Fédération des municipalités du Nord de l’Ontario a principalement porté sur les questions qui préoccupent les résidents de cette région de la province, mais qui touchent aussi les électeurs du reste de la province.

Le chef du Parti progressiste-conservateur (PPC) Doug Ford et son adversaire, le chef du Parti libéral de l’Ontario (PLO), se sont livrés quelques tièdes luttes, lors du débat, notamment à propos de la pandémie, du coût de la vie, de l’accès au logement et des transports dans le Nord de l’Ontario.

Échanges envenimés

Ces échanges envenimés étaient d’ailleurs à l’instar des plus récents sondages, dont celui de Nanos, publié mardi, qui démontre que l’écart entre les progressistes-conservateurs et les libéraux se rétrécit, et que le NPD ontarien peine à faire concurrence à ces deux partis.

Doug Ford a martelé son slogan de campagne, «Get it done», et a répété ses promesses de construire des autoroutes et de refuser d'augmenter les impôts pour les Ontariens.

« Nous n’avons pas besoin de plus d’impôts, nous avons besoin de plus de gens qui paient des impôts. »

Doug Ford

Gratuité des soins dentaires

Interrompue à quelques reprises par Doug Ford et Steven Del Duca, la cheffe du NPD ontarien Andrea Horwath a réitéré que si les électeurs décident de l’élire comme première ministre le 2 juin, son parti offrira la gratuité des soins dentaires, de santé mentale et des médicaments.

Elle a tenu à rappeler que «tout est plus cher dans le Nord», blâmant les gouvernements libéral et conservateur successifs.

En critiquant Steven Del Duca, Mme Horwath a lancé que le chef libéral «ne veut pas que les gens regardent dans le rétroviseur parce que [les libéraux] ont laissé un naufrage derrière eux».

Première présence

Celui-ci, pour qui il s’agissait d’une première présence à un débat en tant que chef de parti, en a profité pour se présenter à nouveau aux Ontariens, se décrivant comme étant un père de famille qui partage les préoccupations des familles de la province.

Steven Del Duca a désigné le parti comme étant «nouveau» et que s’il devient premier ministre, il représentera un «nouveau gouvernement libéral de l’Ontario».

Il a été la cible tant de Doug Ford que d’Andrea Horwath, qui ont tous deux noté qu’il n’en a pas fait assez lorsqu’il était ministre des Transports au sein du gouvernement libéral de Kathleen Wynne.

Crise climatique

Le chef vert Mike Schreiner, qui participait lui aussi à son premier débat des chefs, a fustigé tous ses adversaires pour dénoncer leur inaction face à la lutte contre la crise climatique.

Il est le seul à avoir noté que les feux de forêt représentent un fléau important dans le Nord de l’Ontario, lorsque les chefs ont été questionnés à propos de la pénurie de pompiers dans la région. 

Aucune mention des Franco-Ontariens

Environ 25% de la population du Nord de l’Ontario est francophone.

Pourtant, aucune question n’a porté sur cette communauté au cours du débat, et aucun des candidats n’en a parlé.

Seule Andrea Horwath a prononcé le mot «francophone», dans son discours de conclusion, lorsqu’elle a souligné que toutes les promesses de son parti doivent être mises en place avec une lentille qui inclut les besoins des francophones et des autochtones. «Thank you so much, merci beaucoup, migwetch», a-t-elle conclu.

Rappelons qu’aucun chef des principaux partis politiques ontarien ne sait parler français.

Bien que des débats en français doivent être organisés au cours de la campagne, ce seront des candidats francophones qui y prendront part, et pas les chefs.

La région à la dissolution

Les députés du NPD étaient omniprésents dans le Nord de l’Ontario depuis l’arrivée de Doug Ford au pouvoir.

Au moment de la dissolution de la Chambre, le 3 mai 2022, la région comptait sept sièges à Queen’s Park qui étaient occupés par des néo-démocrates.

Les progressistes-conservateurs comptaient quant à eux trois députés et les libéraux en comptaient un seul. 

 

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 10 mai, 2022
  • Dernière mise à jour 10 mai, 2022
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article