Du nouveau pour les femmes du Kivalliq

Le gouvernement du Nunavut a récemment annoncé que trois sages-femmes seront déployées sous peu dans la région du Kivalliq suite à l’octroi d’un contrat de services avec l’agence ontarienne Bayshore Healthcare.
_______
Karine Lavoie
IJL – Réseau.Presse – Le Nunavoix

Depuis août 2020, il n’est plus possible pour les femmes de la région du Kivalliq d’accoucher au centre de naissance de Rankin Inlet en raison de l’absence de sages-femmes exerçant dans cet établissement.

La situation est néanmoins sur le point de changer puisque le gouvernement du Nunavut s’est entendu avec la compagnie de soins de santé Bayshore Healthcare par la signature d’un contrat faisant de cette entreprise le principal fournisseur de soins infirmiers et de sages-femmes sur le territoire.

Dès le 21 juillet prochain, trois sages-femmes exerceront dans la région du Kivalliq et le scénario évoqué révèle que ces employées seront localisées à Rankin Inlet en tant que centre de naissance régional avec, selon les besoins, des affectations prévues à Arviat ainsi qu’à Baker Lake. Pour le gouvernement territorial, l’embauche et la rétention du personnel dans le milieu de la santé demeurent un défi de taille.

Les clauses en bref

Le contrat qui est actuellement signé pour une durée de trois ans, soit jusqu’au 22 mars 2024, pourrait en réalité se poursuivre jusqu’en 2026 puisqu’il présente deux options de renouvellement d’un an, et ce, à la seule discrétion du gouvernement du Nunavut.

Ce nouveau modèle d’entente est similaire à celui de Services aux Autochtones Canada (SAC) où un contrat est attribué à l’agence retenue afin de fournir des services infirmiers et obstétricaux au Nunavut, explique Danarae Sommerville, spécialiste des communications au ministère de la Santé du gouvernement du Nunavut.

« Des provinces comme l’Ontario, la Saskatchewan et le Manitoba utilisent actuellement le modèle SAC pour fournir des services infirmiers à leur région. Ce nouveau modèle de contrat n’est pas une convention d’offre à commandes comme par le passé qui permettait au gouvernement du Nunavut d’utiliser les services de plusieurs agences », résume-t-elle.

La qualité des services

En plus d’être responsable de fournir une formation complète à leurs infirmières avant qu’elles ne soient déployées sur le territoire, l’agence Bayshore Healthcare a la responsabilité de répondre aux exigences des normes de service de rendement établies par le gouvernement du Nunavut qui seront surveillées par le Bureau de l’infirmière-cheffe du territoire. « La mise en place d’une norme de haute performance sera bénéfique pour améliorer les normes de soins infirmiers disponibles ainsi que pour améliorer la sécurité des clients au sein du système de santé », affirme Danarae Sommerville.

Le fait d’avoir une équipe centralisée pour gérer ce contrat aidera à répartir équitablement les infirmières de l’agence à travers le territoire afin de répondre aux différentes demandes. « À long terme, l’un des objectifs de l’approche centralisée est de parvenir à une certaine cohérence dans la dotation des centres de santé en infirmières d’agence pour compléter la main-d’œuvre infirmière existante du ministère. Il s’agit d’assurer la continuité des soins pour les Nunavummiut », précise-t-elle.

La rétention des employées : un défi constant

Malgré les données de Statistiques Canada de 2019 qui révèlent que le Nunavut présente un taux de natalité deux fois plus élevé qu’ailleurs au pays avec environ 22 naissances pour 1000 femmes, la plupart de ces naissances doivent en ce moment avoir lieu dans le Sud en raison d’un manque de ressources humaines.

En janvier et en août 2020, deux sages-femmes inuites cumulant plusieurs années d’expérience ont démissionné de leur poste respectif au centre de naissance de Rankin Inlet en évoquant des années de mauvais traitements, de racisme et un manque de soutien gouvernemental, ce qui a forcé l’établissement à n’offrir que des soins prénataux, postnataux et néonataux depuis ce temps.

Selon Danarae Sommerville, l’objectif du ministère est toujours d’embaucher et de conserver du personnel permanent pour les postes de sages-femmes et d’infirmières sur le territoire. Pour y parvenir, divers médiums sont utilisés afin d’annoncer les emplois disponibles tels que le site Internet du gouvernement du Nunavut, une page Web dédiée au recrutement en soins infirmiers sur le territoire, des annonces dans des magazines numériques ainsi que des placements dans les médias sociaux.

« Il y a une équipe dédiée au recrutement d’infirmières composée d’une gestionnaire et de trois autres postes qui se concentrent uniquement sur le recrutement d’infirmières pour une période indéterminée sur l’ensemble du territoire », explique-t-elle.

Engagé à fournir les services des sages-femmes sur son territoire, le gouvernement du Nunavut pense que l’octroi du contrat avec Bayshore Healthcare sera profitable pour l’avenir de ces soins : « Il est important de noter que [ce] contrat est un outil utile pour augmenter les efforts du ministère de la Santé pour recruter et retenir des sages-femmes pour une période indéterminée », conclut Danarae Sommerville.

-30-

Photo
Crédit : Michael Swan
Légende
L'absence de sages-femmes exerçant au centre de naissance de Rankin Inlet empêche les femmes enceintes de la région du Kivalliq d'avoir accès à des services de santé nécessaires durant leur grossesse.

  • Nombre de fichiers 2
  • Date de création 25 juin, 2021
  • Dernière mise à jour 18 juin, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article