Doug Ford parle-t-il comme un lobbyiste?

Doug Ford parle-t-il comme un lobbyiste?

Émilie Pelletier

[email protected]

Initiative de journalisme local

Queen’s Park

TORONTO — L’opposition officielle estime que l’explication offerte par Doug Ford aux élus de la Ville d’Ottawa cette semaine, où il refuse de permettre l’ouverture des petites entreprises, ou dans le cas contraire, d’interdire aux magasins à grande surface de vendre des articles non essentiels à l’intérieur de l’établissement, ressemblait drôlement à des paroles de lobbyistes. 

Les grands magasins comme Walmart et Costco peuvent continuer de vendre des produits jugés non essentiels en Ontario, puisqu’ils vendent aussi des produits d’épicerie, leur permettant de garder les succursales ouvertes. 

Le conseil municipal d’Ottawa a demandé cette semaine au gouvernement Ford de permettre aux petites entreprises de vendre à l’intérieur les mêmes produits que peuvent vendre les magasins à grande surface, ou d’imposer à ces grands magasins la même règle, soit celle d’ordonner la livraison et le ramassage à l’extérieur des items non essentiels. 

Non, a répondu Doug Ford lorsque questionné par Le Droit, avant même d’avoir reçu la lettre officielle du maire d’Ottawa Jim Watson.

Pourquoi?

Son bureau a essentiellement rétorqué que les grandes entreprises permettent aux consommateurs de réduire le nombre de magasins à visiter et d’acheter tout ce dont ils ont besoin dans un seul endroit, « un guichet unique ». 

De vraies paroles de lobbyistes, juge la néo-démocrate responsable du dossier des petites entreprises, Catherine Fife. 

«Il est clair que Doug Ford a écouté les lobbyistes d’entreprises rémunérés et ignoré les préoccupations des familles qui possèdent des petits commerces.»

L’opposition officielle à Queen’s Park juge et déplore depuis plusieurs mois que les petites entreprises soient injustement visées par les restrictions des mesures de confinement. «Il y a des inégalités majeures dans la réponse à la pandémie de Doug Ford, y compris son incapacité à aider les propriétaires et les employés de petites entreprises tout en donnant aux magasins à grande surface tous les avantages.»

Doug Ford, trop

près des lobbyistes? 

Catherine Fife a déjà soulevé à de nombreuses reprises des questions à l’Assemblée législative de l’Ontario à propos d’anciens employés de Doug Ford qui sont aujourd’hui à la tête des groupes de lobbying pour Walmart, entre autres. 

Par exemple, l’ex-directrice de campagne électorale de Doug Ford, Melissa Lantsman, s’est enregistrée au cours de l’année 2020 comme lobbyiste au nom de Walmart. 

Catherine Fife avait déploré en novembre 2020 que Mme Lantsman et David Tarrant, l’ancien directeur exécutif des communications stratégiques de M. Ford, ont organisé au cours de la pandémie une réunion entre le premier ministre et le PDG de Walmart Canada, Horacio Barneito. Cette réunion aurait convaincu le premier ministre de permettre à la chaîne de garder ses portes ouvertes. 

Dans sa réponse à la demande d’Ottawa, M. Ford a aussi noté ceci: «De plus, dans de nombreuses régions de la province, les Ontariens n’ont pas facilement accès aux achats en ligne et comptent sur la commodité et l’abordabilité relative des détaillants à grande surface.»

Toutefois, même dans la région rurale de l’Est ontarien, le médecin hygiéniste en chef, le Dr Paul Roumeliotis, de même que les élus, demandent à la province de permettre la réouverture des petites entreprises ou d’interdire aux magasins à grande surface de vendre des items jugés non essentiels.

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 30 janvier, 2021
  • Dernière mise à jour 29 janvier, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article