Dixième marche Sashbear contre le Trouble de la personnalité limite

La marche torontoise de la Fondation Sashbear, qui vient en aide aux familles aux prises avec le TPL (Trouble de la personnalité limite), revient cette année en personne pour son dixième anniversaire. La marche aura lieu le 29 mai prochain sur la promenade Sunnyside, au bord du lac à l'ouest du centre-ville.

_______________________

Julia Mazars

IJL – Réseau.Presse – l-express.ca

 

 

 

Il sera également possible de faire cette marche virtuellement du 1er au 29 mai. Les inscriptions débutent ce 1er avril.

Qu’est-ce que la fondation Sashbear?

Lynn Courey et Mike Menu ont créé cette organisation de bienfaisance canadienne après le suicide de leur fille Sasha, diagnostiquée TPL.

Le TPL est une disposition biologique. Les personnes atteintes ont une grande difficulté à maîtriser leurs émotions et vivent avec une grande sensibilité émotionnelle.

«J’ai décidé de m’engager pour que cette situation tragique se transforme en quelque chose de positif», explique Lynn Courey à l-express.ca.

La fondation lutte pour que le TCD (Traitement comportemental dialectique) soit accessible à tous au Canada. Le TCD a été développé par le Dr Marsha Linehan, aux États-Unis.

«Une fois qu’on a les outils pour gérer ces émotions, on peut faire de grandes choses», indique Lynn Courey.

Ce trouble touche-t-il plus les jeunes?

Le TPL apparaît habituellement à l’adolescence ou au début de l’âge adulte puisque c’est à ce moment où la personnalité se solidifie.

«Cela peut commencer vers 8-9-10 ans. Le trouble s’exacerbe à l’adolescence et peut commencer à s’aggraver ensuite», indique le Dr Perry Hoffman. Il est donc primordial d'être dépisté avant l'âge de 18 ans. En effet, plus le dépistage du TPL est précoce, meilleur est le pronostic.

Il est ensuite plus simple de trouver des stratégies pour que les individus gèrent mieux leurs émotions. L’amélioration peut également être significative lorsque les individus ont bénéficié d’un traitement adéquat et d’une thérapie active.

Le programme Connexions familiales

La Fondation mise beaucoup sur son programme Connexions familiales.

Ce programme a commencé à être disponible en établissement de santé mentale, à Toronto, avant de devenir accessible à tous en 2014.

Le programme Connexions familiales est conçu pour les proches des personnes touchées par le TPL. Le but est de leur permettre d’acquérir des connaissances et compétences pour mieux comprendre ce trouble et aider leurs proches.

«Les membres de la famille doivent devenir une partie de la solution et non du problème», met en avant Lynn Courey.

Le programme regroupe désormais 80 cellules à travers le Canada. En 2021, ce sont environ 1 000 personnes qui ont reçu l’aide de Sashbear.

Des bénévoles dévoués

Ce sont plus de 150 bénévoles qui offrent actuellement des groupes de connexions familiales. Ils doivent passer au moins 40 heures à offrir leurs services.

«Ils ont ensuite au moins 30 heures d’entraînement pendant deux ans avant d’être capables de proposer le programme dans leur communauté», explique Lynn Courey.

«Certains sont là depuis la création de la fondation en 2012 et sont toujours présents aujourd’hui.»

Depuis 2017, la fondation a créé des groupes en français. Tout d’abord au Québec, puis en Ontario.

Une première mondiale

L’an passé, Sashbear a subventionné une formation intensive en thérapie comportementale dialectique en français de l’organisme BTech de la Dre Marsha Linehan.

Cette formation constitue une première mondiale. Grâce à cela, en 2021, 60 thérapeutes francophones ont pu être formés avec un programme en français.

Des avancées primordiales

Depuis 2015, Sashbear participe au congrès de l’International Society for the Study of Personality Disorders (ISSPD) et organise les journées familles associées au congrès scientifique de l’ISSPD.

Les congrès se tiennent dans des pays différents tous les deux ans. Le prochain aura lieu en 2023 à Sydney (Australie).

«Le but était de rendre plus accessibles aux familles les résultats et recherches sur le TPL», fait valoir Lynn Courey.

Depuis 2019, Sashbear militait pour qu’au moins une personne ayant un proche atteint par le TPL siège au conseil d'administration de l'ISSPD. Ce sera le cas à partir de cette année!

«L’intérêt d’avoir une place dans ce conseil d’administration est que les recherches répondent vraiment aux besoins», confie Lynn Courey.

La marche Sashbear dans quatre grandes villes

La marche annuelle Sashbear aura lieu à Toronto, à Vancouver, au Québec ainsi qu’en Alberta. Elle servira à sensibiliser les personnes à la santé mentale et à lever des fonds.

«Cette marche est aussi l’occasion d’apporter notre soutien. Montrer qu’ensemble tout est possible», ajoute Lynn Courey.

«Le but est aussi de défaire la stigmatisation qui entoure le TPL».

La marche Sashbear célèbre sa dixième année

Pour fêter le dixième anniversaire, le but serait d’organiser six autres marches partout dans le Canada en plus de celles déjà prévues.

«Nous aimerions également demander aux gens de parler à dix personnes différentes de la fondation Sashbear, du TPL ou de la santé mentale en général. Notre objectif est d’éduquer les gens», souligne Lynn Courey.

 

 

 

 

-30-

 

 

 

Photos

 

Titre : sashbear connexion

Légende : Lynn Courey-Menu (en haut à gauche) en compagnie de facilitateurs francophones d'un groupe de connexions familiales.

Crédit : capture d’écran

 

Titre : sashbear Lynn Courey-Menu

Légende : la fondatrice de Sashbear, Lynn Courey-Menu.

Crédit : courtoisie Sashbear

 

 

Titre : sashbear marche

Légende : Une marche Sashbear à Toronto en 2017.

Crédit : archives l-express.ca

 

 

 

Titre : sashbear bénévole

Légende : Les marche Sashbear mobilisent de nombreux bénévoles.

Crédit : archives l-express.ca

 

  • Nombre de fichiers 5
  • Date de création 31 mars, 2022
  • Dernière mise à jour 29 mars, 2022
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article