Des travailleurs de la santé de l’Ontario victimes de harcèlement et de menaces

ÉMILIE PELLETIER

Initiative de journalisme local — Le Droit

Des travailleurs de la santé de l’Ontario ont été «injuriés, harcelés et menacés» lors de manifestations tenues devant les hôpitaux au cours des derniers jours, dénonce l’Association des infirmières autorisées de l’Ontario (RNAO).

Ce groupe, qui représente les infirmières autorisées, praticiennes et étudiantes de la province, affirme qu’en raison de manifestations organisées par des personnes qui s’opposent à la vaccination, l’accès aux établissements de santé a été perturbé, des ambulances ont été bloquées et la vie de certains patients a été mise en danger.

«Les travailleurs de la santé dans ces établissements, les patients ayant besoin de services de soins et les familles qui les accompagnent ont tous déjà suffisamment de stress. Ils n’ont pas besoin de personnes hostiles qui demandent d’ignorer les conseils en santé et les connaissances scientifiques et qui crient de la désinformation et des obscénités», lance l’Association, qui dénonce la situation, dans un communiqué. 

Ce comportement, que la RNAO juge épouvantable, «n’a pas sa place dans notre société à aucun moment et surtout pas au milieu d’une pandémie qui a coûté la vie à 9545 personnes en Ontario».

L’Association déplore aussi «l’insuffisance des mesures prises par les autorités locales et les services de police pour éviter ces situations», qui selon le groupe, prend de l’ampleur et devient de plus en plus violente.

«Il devrait y avoir des actions fortes et des conséquences contre ceux qui transgressent la loi. Des accusations doivent être vigoureusement engagées contre ceux qui attaquent les travailleurs de la santé, se livrent à des actes de violence ou expriment la haine.»

Les manifestations contre les mesures de santé publique sont devenues monnaie courante au cours de la pandémie, mais depuis quelques semaines, les organisateurs visent de façon plus intarissable certains établissements, tels que les restaurateurs qui se disent en faveur de la vaccination et les hôpitaux. 

L’Association des hôpitaux de l’Ontario dénonce elle aussi les effets de ces manifestations sur la santé mentale des travailleurs de la santé, qui «font tout en leur pouvoir» pour prendre soin de patients atteints de la COVID-19. 

Bien que certains manifestants soient des travailleurs de la santé mécontents avec les politiques de vaccination obligatoire, le PDG de cette association, Anthony Dale, note qu’ils représentent une minorité. 

La semaine dernière, la cheffe du NPD de l’Ontario Andrea Horwath a promis que son parti proposerait un projet de loi pour créer des «zones sécuritaires de santé publique» pour aider à réduire le harcèlement envers les travailleurs de la santé.

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 9 septembre, 2021
  • Dernière mise à jour 9 septembre, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article