COVID-19 : La gestion de Justin Trudeau divise les passions

Malgré une vaccination qui s’accélère partout au pays, l’arrivée d’une troisième vague de la pandémie marquée par de nouvelles souches de la COVID-19 pousse certaines personnes à se tourner vers le gouvernement Trudeau pour obtenir des réponses.

_______________________

Samuel Gosselin-Bélanger

IJL – Réseau.Presse – L’Orléanais

 

Selon André Lecours, professeur de sciences politiques à l’Université d’Ottawa, le rôle du gouvernement fédéral est toutefois limité. «Le gouvernement fédéral a plus un travail de communication. C’est-à-dire d’encourager les Canadiens à suivre les consignes décrétées par les gouvernements provinciaux. Je crois que dans ce contexte-là, celui-ci a adopté un comportement conforme aux attentes», mentionne-t-il d’emblée.

Par ailleurs, questionnée sur les points faibles de la gestion de son parti, la députée libérale d’Orléans, Marie-France Lalonde, a été plutôt évasive dans ses propos. «On vit actuellement une crise sans précédent. Il n’y a pas de livre d’instructions pour savoir comment gérer ce genre de pandémie. Je crois que dans l’ensemble, nous faisons un bon travail», dit-elle.

De son côté, Gérard Deltell, député de Louis-Saint-Laurent, dans la région de Québec, mentionne que le gouvernement Trudeau a bien entamé sa gestion. «Injecter des fonds dans l’économie afin de soutenir nos entreprises et nos travailleurs, c’était la bonne chose à faire. On était d’accord avec ça», avoue-t-il.

Une aide critiquée

Toutefois, l’élu critique la gestion des Libéraux en lien avec l’aide accordée aux Canadiens. «On a détecté assez rapidement qu’il y avait des abus structurels. Que des personnes trouvent des failles dans le système et en profitent, c’est tel que tel, mais que d’autres reçoivent plus que le client en demande ça, c’est autre chose», dit-il en faisant référence aux étudiants qui ont pu recevoir la Prestation canadienne d’urgence pour les étudiants (PCUE), soit un montant de 1250 $ chaque mois, et ce, pour un maximum de 16 semaines, l’été dernier. Pour lui, cette aide a démotivé les jeunes à aller travailler puisqu’il était possible de faire de l’argent «sans rien faire».

Un autre point important selon le député : les vaccins. Selon lui, le manque criant de vaccins est l’une des principales raisons qui expliquent cette troisième vague. En date du 22 avril, 27 % de la population canadienne avait reçu une première dose du vaccin, selon les statistiques du New York Times, ce qui représente près de 11 millions de personnes.

Questionnée à ce propos, Marie-France Lalonde rétorque que son gouvernement maitrise la situation. «Je suis fière que mon gouvernement se soit entendu pour avoir plusieurs sortes de vaccins. N’oublions pas que notre rôle est d’acheter les doses d’un vaccin. Ce sont les provinces qui doivent par la suite en faire la distribution. Nous avons respecté nos engagements», explique-t-elle.

Et si un gouvernement conservateur était au pouvoir ? «Nous aurions eu un meilleur contrôle quant aux sommes injectées pour les Canadiens. On aurait également modifié l’aide accordée aux étudiants, par exemple, afin de minimiser les impacts sur la main-d’œuvre à travers le Canada», mentionne Gérard Deltell.

Pour le moment, aucune élection n’est en vue, selon Marie-France Lalonde, qui mentionne que son gouvernement a actuellement la confiance des autres partis.

-30-

BP :

  • Le député conservateur de la circonscription de Louis-Saint-Laurent, Gérard Deltell. (Crédit : Courtoisie – Bureau de Gérard Deltell)
  • La députée libérale de la circonscription d’Orléans, Marie-France Lalonde. (Crédit : Courtoisie – Chambre des communes du Canada)
  • Nombre de fichiers 3
  • Date de création 27 avril, 2021
  • Dernière mise à jour 27 avril, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article