Cap-Acadie : les élèves ont été consultés

Cap-Acadie : les élèves ont été consultés

 

A Beaubassin-est et à Cap-Pelé, la réforme de la gouvernance locale a donné lieu à tout un exercice d’instruction civique dans les écoles de la nouvelle entité municipale. Les élèves sont heureux d’avoir eu leur mot à dire dans le processus de consultation qui débouche sur le baptême de leur localité renouvelée.

_______________________

Damien Dauphin

IJL – Réseau.Presse – Le Moniteur Acadien

 

 

 

L’Acadie et la langue française sont à l’honneur dans la nouvelle toponymie qui émerge des consultations publiques entourant la réforme de la gouvernance locale au Nouveau-Brunswick. Cela est particulièrement vrai dans les régions acadiennes. Le Sud-Est ne fait pas exception.

 

Selon une source à l’hôtel de Ville de Cap-Pelé, l’annonce devait avoir lieu dans quelques semaines. Finalement, c’est trois jours après la date butoir fixée par le ministre Daniel Alllain que fut révélé le nom que l’entité 38 s’est choisi. Le 1er janvier 2023, la Communauté rurale de Beaubassin-est et le Village de Cap-Pelé deviendront la Ville régionale de Cap-Acadie.

 

« Le statut de Ville régionale n’existe pas encore, mentionne le directeur général de Beaubassin-est, Yves M. Leger. Mais puisque la nouvelle entité veut devenir une ville, il a été décidé, à des fins de marketing, d’ajouter l’adjectif ‘régionale’. »

 

La population locale avait proposé plus de 40 noms, mais ce qui retient l’attention, c’est que la consultation citoyenne n’a pas concerné que les adultes. Dans les écoles Père-Edgar-T.-LeBlanc (PETL) à Grand-Barachois, et Donat-Robichaud à Cap-Pelé, les élèves de la 6e à la 8e année ont eu la chance de prendre part au processus.

 

Créer un sentiment d’appartenance

 

« On a voulu impliquer les jeunes dans ce processus et je trouve ça vraiment super, témoigne Josée Vautour, enseignante d’appui à l’apprentissage à l’école PETL. Il ne faut pas les sous-estimer, ils ont tellement à offrir si on leur donne la chance. Ils sont la voix de notre futur et ils méritent d’être à la table. »

 

« Je trouve ça vraiment spécial qu’il y a des gens qui ont pris la décision de nous laisser nous exprimer », déclare Samuel Beaulieu. « C’est beau d’avoir impliqué toute la communauté, même les enfants », renchérit Simon Léger. Tous deux sont élèves en 8e année à l’école PETL.

 

Wendy Bourque est enseignante en 8e année à l’école Donat-Robichaud. Elle partage entièrement la conviction de sa collègue Josée Vautour sur l’aspect primordial d’impliquer les jeunes. Les élèves étaient contents que les adultes daignent solliciter leur avis. Après tout, ce sont de futurs électeurs et, parmi eux, certains siègeront probablement au conseil municipal de Cap-Acadie dans quelques années.

 

« Nous avons eu de belles discussions sur l’histoire de la grande région afin d’alimenter leur créativité pour la suggestion de noms. Ils vont grandir avec cette nouvelle entité, ce nouveau nom, et en les impliquant, cela aide à créer un sentiment d’appartenance et de fierté », estime Mme Bourque.

 

 

-30-

 

 

 

Photo

 

Titre : Samuel et Simon

Légende : Samuel Beaulieu et Simon Léger font partie des jeunes qui ont donné leur avis sur le nom que devait prendre leur municipalité.

Crédit : Josée Vautour

  • Nombre de fichiers 2
  • Date de création 25 mai, 2022
  • Dernière mise à jour 25 mai, 2022
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article