«Briser la sédentarité»

«Briser la sédentarité»

En période de confinement, les habitants de l’Île-du-Prince-Édouard doivent repenser leur manière de vivre, de travailler, de se déplacer. Dans ce contexte, Isabelle Dionne, doyenne de la Faculté des sciences de l'activité physique de l’Université de Sherbrooke, souligne l’importance de continuer à bouger même à la maison.

________________

Propos recueillis par Marine Ernoult

Initiative de journalisme local - APF – Atlantique

Depuis le 16 mars, les écoles et garderies de l’Île-du-Prince-Édouard sont fermées. Quelques jours plus tard, c’était au tour des commerces, hors alimentation, d’être fermés. La recommandation des autorités est claire : il faut rester autant que possible à la maison pour freiner la progression du virus. Dans ces circonstances, l’activité physique, dont les effets bénéfiques sur la santé sont reconnus, ne doit pas être négligée. Isabelle Dionne, doyenne de la Faculté des sciences de l'activité physique de l’Université de Sherbrooke, nous explique qu’il est essentiel de rompre les temps de sédentarité en pleine pandémie de COVID-19.

Quels sont les effets du manque d’activité physique sur notre santé ? 

L’impact sur notre métabolisme est important. À court terme, cela peut se traduire par une prise de poids, des difficultés à s’endormir. À long terme, le manque d’activité physique est associé à des maladies chroniques comme le diabète de type 2, certains cancers ou encore des maladies cardio-vasculaires.
À l’inverse, dans un contexte de confinement qui peut être associé à un certain niveau de déprime, l’activité physique a des effets plus que jamais bénéfiques sur notre santé mentale. Les dépenses énergétiques préviennent la dépression et diminuent le stress. Car lorsqu’un individu s’active, il produit de la sérotonine qui influence positivement son moral.

Comment organiser sa journée pour réussir à bouger suffisamment ?

Il est primordial de briser les temps de sédentarité. En particulier pour les salariés en télétravail qui restent assis des heures derrière leur écran et dont les temps de transport sont supprimés. Dans sa maison ou son appartement, on peut faire des pauses actives de 5 à 10 minutes toutes les heures, marcher à l'intérieur, faire des exercices d’assouplissement avec des petits poids ou des élastiques que l’on garde à proximité, et pourquoi pas, danser. Mais ça ne remplace pas une activité physique quotidienne plus longue, comme une marche rapide de 30 minutes à l’extérieur, en respectant bien sûr l’éloignement social. Les deux stratégies sont à mettre en place de façon concomitante. De manière générale, il faut établir une routine proche de celle qu’on avait avant la pandémie, avec des objectifs quotidiens à atteindre. Il sera ainsi plus facile d’opérer la transition vers un futur déconfinement et de retourner à une vie normale.
Sur internet, il existe des outils de qualité, comme la plate-forme gratuite Move 50+, qui offrent des programmes d’entraînement adaptés à la condition physique de chacun. Lorsque quelqu’un cherche des tutoriels en ligne, le plus important est de vérifier qui produit l’outil. Si c’est un kinésiologue, spécialiste de l'activité physique, c’est un gage de qualité.

Avez-vous des conseils particuliers pour les plus jeunes ?

Il faut recréer des horaires, alterner les périodes de stimulation intellectuelle et physique, un peu comme à l’école. Si on a un extérieur, c’est idéal pour que les jeunes continuent à se dépenser, à transpirer. Mais même à l’intérieur, les parents peuvent inciter leurs enfants à bouger en lançant des défis, sous forme de jeux. Ils peuvent imaginer des circuits dans leur logement, une chasse au trésor avec un temps limité pour obliger leurs enfants à courir. Là aussi, internet peut être une source d’inspiration.

 

-30-

 

Isabelle Dionne : «Dans sa maison, on peut faire des pauses actives de 5 à 10 minutes toutes les heures, faire des exercices, marcher à l'intérieur, danser», conseille Isabelle Dionne, doyenne de la Faculté des sciences de l'activité physique de l’Université de Sherbrooke. Courtoisie.

  • Nombre de fichiers 2
  • Date de création 11 avril, 2020
  • Dernière mise à jour 11 avril, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article