Diversité et identité sexuelles: les mentalités évoluent

Les efforts de la communauté 2ELGBTQIA+, qui milite pour l’avancement de ses droits au Canada, portent leurs fruits. Les jeunes ont moins peur de s’afficher en comparaison à leurs prédécesseurs, mais la lutte se poursuit. Deux générations de personnes de la diversité sexuelle et de genre témoignent de leur expérience.
________________

David Caron

IJL - Réseau.Presse - Acadie Nouvelle

Pierre McGraw, Sylvie Lirette et Louise Cormier sont d’une génération où l’homosexualité était taboue. Matty Melanson, Danica Roy et Samuel LeBlanc font partie de la nouvelle génération où les questions concernant la communauté 2ELGBTQIA+ sont de plus en plus abordées publiquement.

Ils ont partagé leurs histoires personnelles ce week-end lors d’une conférence tenue dans le cadre du Rendez-vous Acadie Love, à Caraquet. Ils ont notamment abordé la question de leur cheminement dans un milieu rural et francophone.

Sylvie Lirette, originaire de Caraquet, habite aujourd’hui à Dieppe avec son épouse, Louise Cormier. Âgée de la quarantaine, elle a toujours su qu’elle était attirée par les femmes, mais le contexte de l’époque durant laquelle elle a grandi, les années 1980 et 1990, en a été une de stigmatisation pour la communauté 2ELGBTQIA+ en raison d’idées reçues sur le SIDA, qui touchait particulièrement les hommes homosexuels.

«J’avais entendu parler d’homosexualité à cause de tout ce qui se passait au niveau du SIDA et malheureusement, il n’y avait pas de modèles autour de moi. C’était un sujet vraiment tabou. J’ai seulement fait mon coming out lorsque j’ai quitté la région de Caraquet. Je suis allée étudier à Ottawa et j’ai pu trouver les mots pour expliquer ce que je vivais. J’ai quand même mis tout ça de côté pour me concentrer sur ma carrière», raconte-t-elle.

C’est seulement lorsqu’elle s’est taillé une place sur le marché du travail qu’elle a trouvé le courage d’en parler avec sa famille.

«Je l’ai fait par lettre. Il y a des gens que je croyais qui allaient bien réagir qui ont moins bien réagi et avec ceux que je m’attendais que ça va mal, ils ont bien réagi. Ç’a été une grande surprise.»

Bien qu’elle ait graduellement commencé à se sentir plus libre dans sa peau, le fait qu’elle soit touchée par des problèmes de cécité ajoute au défi, dit-elle.

«Le cheminement n’a pas été facile. Je travaillais déjà dans le domaine de la santé mentale donc j’avais des collègues avec qui je pouvais en discuter. Le fait que je sois aveugle ajoutait au défi. N’ayant déjà pas vraiment de modèle, j’en avais encore moins avec un handicap. Je me demandais comme je serais accepté.»

«S’il y avait eu plus de visibilité et de modèles quand j’étais jeune, j’aurais probablement fait mon coming out plus jeune, à l’adolescence. Même si j’ai grandi dans les années 1990, on n’en parlait pas à l’école. L’homosexualité ne faisait pas partie du curriculum. Je n’avais pas les mots pour exprimer ce que je vivais.»

Des réponses sur internet

Samuel LeBlanc, un adolescent trans assigné fille à la naissance, s’est toujours senti plus masculin, même à l’enfance.

«Il y a des photos de moi où je me suis dessiné une barbe sur la face et des choses comme ça», dit l’adolescent de Ste-Marie-de-Kent qui entamera bientôt sa 12e année à l’école L’Odyssée, à Moncton.

À l’âge de 11 ans, il se rend compte que quelque chose ne va plus. Comme plusieurs de sa génération, il se tourne vers Google et YouTube pour commencer à trouver le début d’une réponse convenable.

«Je n’avais pas entendu parler de personnes trans à l’école, ce n’est pas quelque chose que je connaissais. J’ai fait de la recherche sur internet et c’est là où j’ai trouvé des ressources. C’est ce qui m’a amené à envoyer un message texte à ma mère. Je voulais qu’elle devine ce que je voulais lui dire, car je n’avais pas la force de le faire. Ç’a pris une quinzaine de minutes, mais à la fin, elle m’a demandé si je voulais être un garçon. J’ai dit oui. Toutes les choses ont été bien dites, mais on n’a pas agi après ça pendant une bonne année.»

Près d’une année plus tard, Samuel annonce à sa mère qu’il est bisexuel, mais quelques mois plus tard, à l’approche de ses 13 ans, il comprend qu’il est vraiment une personne trans.

«On a tous les deux compris que ce n’était pas une phase, que c’était là pour rester. On a commencé les démarches pour les hormones et tout ça, donc ç’a été le début de la transition.»

La réaction de la famille est assez positive.

«Ç’a pris du temps pour qu’elle s’habitue à mon nouveau nom, mais en même temps, ce n’était pas des gens qui étaient nécessairement habitués à ces choses-là non plus. Ils ont été respectueux et ils m’ont aimé. Avec l’aide de ma mère, ç’a été facile pour moi aussi. À l’école, j’ai fait mon coming out en 7e année. J’étais dans une école à Dieppe, une communauté assez ouverte, mais j’ai reçu des commentaires de gens où il était clair qu’ils ne m'acceptent pas. J’ai pris la décision de changer d’école.»

Transidentités

Le 5e Rendez-vous de la Fierté Acadie Love s’est déroulé sous le thème des transidentités, afin de sensibiliser la population à la réalité des personnes trans et non binaires qui tentent de se faire identifier correctement dans toutes les circonstances de leur vie.

Pour souligner l’occasion, plusieurs conférences, activités et spectacles ont eu lieu dans la région de Caraquet.

-30-

Photo

Légende : Le 5e Rendez-vous de la Fierté Acadie Love s’est déroulé sous le thème des transidentités, afin de sensibiliser la population à la réalité des personnes trans et non binaires qui tentent de se faire identifier correctement dans toutes les circonstances de leur vie..

Crédit : Acadie Nouvelle : David Caron

  • Nombre de fichiers 2
  • Date de création 20 juillet, 2021
  • Dernière mise à jour 20 juillet, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article